Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Elections 2017, mode d'emploi

Présidentielle : un record d'indécis ? Non, "ce sont les instituts de sondage qui cherchent à se protéger"

-
Par , France Bleu Hérault

Les sondages annoncent un record d'abstentionnistes dimanche et un nombre d'indécis inédit.

Panneaux électoraux (avril 2017)
Panneaux électoraux (avril 2017) © Maxppp -

Montpellier, Hérault, France

Un Français sur trois ne sait pas encore pour qui il va voter dimanche : 32% des Français se disent indécis. Un niveau record ? Pas tant que ça selon Jean-Yves Dormagen, politologue à Montpellier.

Les abstentionnistes et les indécis auront en mains les clés du scrutin. Une abstention qui s'annonce autour de 30% (étude Ifop), comparable à 2002, alors que traditionnellement, la présidentielle est l'élection qui mobilise le plus. On avait atteint un tout petit moins de 80% au premier tour en 2012.

L'indécision touche environ un tiers des électeurs. Elle est plus ou moins importante selon le candidat. Marine Le Pen et François Fillon bénéficient de l'électorat le "plus stable". Mais les écarts se resserrent avec Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.

"Le nombre d'indécis, c'est une assurance tous risques pour les instituts de sondage." Jean-Yves Dormagen, politologue à Montpellier

Sauf que le politologue montpelliérain Jean-Yves Dormagen, invité de France Bleu Hérault estime lui qu'il n'y a pas vraiment plus d'indécis, mais que les instituts de sondages cherchent à se protéger d'éventuelles surprises.

Jean-Yves Dormagen, politologue à Montpellier

  - Aucun(e)

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu