Politique

Primaire de la gauche : le vote Hamon davantage marqué en Vaucluse que dans le reste de la France

Par Aurélie Lagain et Boris Loumagne, France Bleu Vaucluse lundi 30 janvier 2017 à 11:13

Vote à la primaire citoyenne
Vote à la primaire citoyenne © Radio France - Boris Loumagne

Plus de 59% des électeurs vauclusiens à la primaire citoyenne ont choisi Benoît Hamon pour devenir le candidat du PS et de ses alliés à l'élection présidentielle.

Plus de 59% des électeurs vauclusiens ont fait le choix Benoît Hamon, dimanche, au second tour de la primaire citoyenne de la gauche. "C'est un écart significatif, qui donne une vraie légitimité" à Benoît Hamon, se félicite Alexandre Houpert, son référent en Vaucluse. "J'ai senti de façon assez nette ces dernières semaines, la montée d'une adhésion, d'un rêve qu'on ne trouve plus au PS, et qui se fait jour au travers de ce vote en faveur de Benoît Hamon."

Alexandre Houpert

Mais la participation n'est pas si forte que cela en Vaucluse : 11.792 votants au premier tour, 15.027 au second. Christelle Marchand, maître de conférences en sciences politiques à l'université d'Avignon et des Pays de Vaucluse n'est donc pas de l'avis d'Alexandre Houpert. "Chez nous la mobilisation n'a pas été très très forte ! Les électeurs de gauche sont assez difficiles à mobiliser ici. Ça va être très compliqué pour cette gauche de la gauche en Vaucluse."

"La montée d'un rêve qu'on ne trouve plus au PS." - Alexandre Houpert, référent de Benoît Hamon.

Pour les "vallsistes", la défaite est difficile à digérer. Yannig Joubrel, le premier secrétaire du PS en Vaucluse n''est toujours pas convaincu des propositions de Benoît Hamon : "Évidemment qu'il faut rassembler, mais il faut prendre en compte l'évolution de la société. J'entends le souhait du peuple de gauche d'être enchanté, d'avoir un peu de rêve, d'aspirer à un changement de la société. Mais il faut aussi prendre en compte le monde dans le quel nous vivons."

"La gauche si elle n'est pas rassemblée ne peut pas l'emporter." - Yannig Joubrel, premier secrétaire du PS en Vaucluse

Yannig Joubrel

Dimanche soir, autour du buffet à la fédération PS d'Avignon, seulement une vingtaine de militants s'était rassemblée pour suivre l'annonce des résultats. Sans suspense.

Reportage de Boris Loumagne

Annonce des résultats au siège du PS vauclusien - Radio France
Annonce des résultats au siège du PS vauclusien © Radio France - Boris Loumagne

Yannig Joubrel, qui redoute le report de certains socialistes sur la candidature Macron : "Je crains cette fuite, explique le responsable, j'espère que Benoît Hamon va travailler réellement dans le cadre d'un grand rassemblement qui prendra en compte aussi ce que Manuel Valls proposait". Sinon pas de victoire possible, pronostique Yannig Joubrel : "On sait que la gauche si elle n'est pas rassemblée ne peut pas l'emporter..."

"Le problème de l'unité du PS est résolu", répond Alexandre Houpert, "on va avoir quelques épiphénomènes, quelque départs, mais là le vrai chantier c'est de parler avec nos partenaires et les partis de gauche pour construire quelque chose de rassemblé."

"La réconciliation va être très compliquée." - Christelle Marchand, universitaire

Christelle Marchand, maître de conférences en sciences politique à l'université d'Avignon et des Pays de Vaucluse n'est pas sur cette ligne : "Cette primaire ne résout pas vraiment les problème du parti socialiste. De toute façon on reste sur une gauche divisée. La réconciliation va être très compliquée en vue du scrutin présidentiel. Le PS se retrouve avec un candidat qui va avoir du mal à faire l'alliance de toutes les gauches".

Christelle Marchand

À la veille du second tour de cette primaire, Francis Adolphe, le maire de Carpentras, avait annoncé qu'il ne renouvellerait pas son adhésion au PS.

Primaire citoyenne - Radio France
Primaire citoyenne © Radio France - Boris Loumagne