Politique

Primaire de la droite et du centre : François Fillon a voulu rassembler à Sablé

Par Marie Mutricy, France Bleu Maine et France Bleu dimanche 28 août 2016 à 20:44

François Fillon a rassemblé 2 600 personnes pour sa rentrée politique à Sablé-sur-Sarthe
François Fillon a rassemblé 2 600 personnes pour sa rentrée politique à Sablé-sur-Sarthe © Maxppp - Thierry Prat

2 600 personnes, des pancartes, des pin's, des drapeaux, de nombreux parlementaires et même le président du Sénat, Gérard Larcher : pour sa rentrée dimanche, François Fillon a voulu frapper les esprits. Il a opté pour un grand rassemblement public dans le parc du château de Sablé-sur-Sarthe.

D'habitude, François Fillon faisait sa rentrée politique à Roué-en-Champagne, sur invitation. Mais dimanche, le député de Paris, candidat à la primaire de la droite et du centre a voulu marquer les esprits et montrer qu'il rassemble. Il a donc convié des centaines de militants de toute la France et de nombreux parlementaires : le président du Sénat Gérard Larcher, la députée Valérie Boyer, le sénateur Gérard Longuet,  l'ancien député Hervé Novelli... François Fillon est prêt à "casser la baraque" comme le disent les pancartes distribuées dans le public. Mais c'est surtout l'ancien président et désormais rival, Nicolas Sarkozy qui a été étrillé, sans être jamais nommé.

Nicolas Sarkozy dans le viseur

"Il ne sert à rien de parler d'autorité quand on n'est pas soi-même irréprochable", a lancé l'ex-Premier ministre. Et d'ajouter : "Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ?", faisant référence aux différentes affaires dans lesquelles apparaît le nom de Nicolas Sarkozy. L'ancien locataire de Matignon a également critiqué la proposition de Nicolas Sarkozy sur la "rétention surveillée" des individus fichés "S". "Je ne perds pas mes nerfs. Je ne participe pas au concours Lépine des solutions les plus stupides et les plus imbéciles, censées lutter contre le terrorisme. Non, enfermer des dizaines de milliers de suspects sans contrôle et sans jugement ne réduira pas le risque d'attentat mais l'aggravera", a-t-il déclaré.

Mais l'ancien chef du gouvernement n'a pas visé que Nicolas Sarkozy. Pour François Fillon, la prochaine élection présidentielle ne doit être un remake de celle de 2012.

 2017 ne peut pas être une revanche. Les Français méritent autre chose qu'un duel entre un président battu et un président dont les Français ne veulent plus.

Les racines sarthoises évoquées

Les ballons bleu blanc rouge que regarde François Fillon sur la photo de Une de l'article. - Radio France
Les ballons bleu blanc rouge que regarde François Fillon sur la photo de Une de l'article. © Radio France - Marie Mutricy

Le choix de Sablé-sur-Sarthe n'est pas anodin. C'est là que la carrière de François Fillon a commencé. Ce sont d'ailleurs quasiment les premiers mots de son discours :

J'ai voulu vous regarder dans les yeux - chez moi - à Sablé - dans cette ville qui m'a fait confiance quand je n'avais pas 27 ans, pour vous dire : "Je suis candidat à la présidence de la République française"

Pots de rillette sur les tables du pique-nique, et allusions glissées ça et là dans le discours, tout est fait pour enraciner le candidat en Sarthe. Il y a commencé sa carrière en 1981 en étant élu conseiller général, puis maire de la commune. Il deviendra ensuite député de la Sarthe et présidera aussi le conseil régional.

Partager sur :