Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Primaire de la droite : Alain Juppé peut-il encore gagner ?

dimanche 27 novembre 2016 à 3:30 Par Faustine Mauerhan, France Bleu

Avec ses 16 points d’avance au 1er tour François Fillon est l’outsider devenu favori de la primaire de la droite. Malgré un entre-deux-tours offensif voire agressif, Alain Juppé n’a visiblement jamais réussi à inverser la tendance. Les urnes le diront ce dimanche soir.

Le second tour de la primaire de la droite et du centre départage, ce dimanche, François Fillon et Alain Juppé.
Le second tour de la primaire de la droite et du centre départage, ce dimanche, François Fillon et Alain Juppé. © AFP

Ce dimanche, les électeurs sont appelés à confirmer, ou non, les résultats du premier tour de la primaire de la droite et du centre. Mais faut-il vraiment attendre une nouvelle surprise ? En tout cas, dans tous les sondages, François Fillon reste l’outsider plébiscité et Alain Juppé, le favori devenu challenger. Le maire de Bordeaux a eu une semaine difficile et n’a jamais réussi à inverser la vapeur.

► LIRE AUSSI : Primaire de la droite : le mode d'emploi du vote

  • La surprise du 1er tour et l’hésitation
Au premier tour de la primaire, François Fillon est arrivé largement en tête. - Visactu
Au premier tour de la primaire, François Fillon est arrivé largement en tête. © Visactu

Au soir même du premier tour, Alain Juppé a montré les premiers signes de faiblesse. La victoire de François Fillon, avec 44.1% des votes et 16 points d’avance a été tellement écrasante que la question s’est posée : faut-il vraiment un second tour ? Et visiblement, même Alain Juppé, sonné mais qualifié s’est interrogé : "J’ai décidé de continuer le combat", clame-t-il dans son discours.

  • L’offensive contre la sérénité : les petites phrases

Vite remobilisé, Alain Juppé a relevé les manches dès le lendemain du 1er tour. Sur le plateau du JT de 20h de France 2, le maire de Bordeaux passe à l’offensive. Il dénonce le programme économique de François Fillon qu’il juge "d’une très grande brutalité sociale". Son adversaire est trop "traditionaliste" mais François Fillon à la même heure sur la chaîne d’à côté, se défend très sereinement et sourit même de cette "tentative de la dernière chance de remonter la pente."

Le lendemain Alain Juppé attaque encore. Il demande à son rival de "clarifier ses positions sur l’avortement". La réponse fuse : "C’est une polémique inqualifiable et jamais je n’aurais pu penser que mon ami Alain Juppé tombe aussi bas", tacle François Fillon qui répète quand même sa position. "Compte de sa foi personnelle", il n’approuve pas l’avortement mais l’ancien Premier ministre n’a pour autant jamais touché ou même songé à changer la loi.

  • Le deuxième débat profite (encore) à François Fillon

Le soir du débat d’entre-deux-tours, c’est donc un Alain Juppé qui joue l’apaisement que l’on découvre sur le plateau télé. Le principe même de la primaire forcera le candidat perdant à soutenir son rival de la semaine, alors le débat reste mou et poli sans vraiment d’attaques. Devant 8,5 millions téléspectateurs, les deux candidats sont d’accord sur l'essentiel. Seules leurs méthodes varient, mais à la fin, c’est encore François Fillon le favori. Il s’est montré plus convaincant pour une grande majorité des Français et il est toujours en tête des intentions de vote dans les sondages. Alain Juppé ne décolle pas malgré les efforts de son équipe pour faire bonne figure sur les réseaux sociaux. "Si après ce débat, les Français ne choisissent pas Alain Juppé, c’est qu’ils sont des veaux comme disait le Général" écrit Ludovic Martinez, son directeur de cabinet dans un post Facebook. Il s'en excusera le lendemain.

► LIRE AUSSI : Fillon / Juppé : quel programme pour quel candidat ?

A l'issue du débat de l'entre-deux-tours, c'est François Fillon qui a convaincu le plus de téléspectateurs. - Visactu
A l'issue du débat de l'entre-deux-tours, c'est François Fillon qui a convaincu le plus de téléspectateurs. © Visactu
  • La résignation et les regrets d’Alain Juppé

Ça ne suffit pas à effacer le premier signe de résignation d’Alain Juppé. En conclusion du débat de l’entre-deux-tours, le maire de Bordeaux montre le premier signe de lassitude. Interrogé par David Pujadas sur ses regrets dans cette campagne, Alain Juppé répond sans réfléchir : "Oh, des regrets, j’en ai beaucoup". Il se reprend vite mais c’est tard. Le lendemain, il s’explique. "Ce que je regrette peut-être c’est, avant le premier tour, de ne pas avoir suffisamment décortiqué le programme de certains concurrents. J’ai fait une campagne intense mais peut-être pas en ciblant sur la bonne cible", concède Alain Juppé.

François Fillon, à la même question, répond du tac au tac : "mon regret, avoir mis autant de temps à convaincre."