Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Primaire de la droite : François Fillon largement en tête en Nord-Franche-Comté

lundi 28 novembre 2016 à 9:12 Par Jules Brelaz, France Bleu Belfort-Montbéliard

François Fillon a remporté dimanche soir le deuxième tour de la primaire de la droite et du centre en recueillant plus de 66% des suffrages devant Alain Juppé (33,5%). Face à une droite en ordre de bataille, la gauche a passé "un weekend un peu compliqué".

François Fillon souriant après sa large victoire dimanche soir à la primaire de la droite et du centre
François Fillon souriant après sa large victoire dimanche soir à la primaire de la droite et du centre © Maxppp - Maxppp

Belfort, France

Tout vient à point à qui sait attendre. Premier parti en campagne dès 2012, François Fillon est arrivé premier dimanche soir de la primaire de la droite et du centre. Avec une participation en hausse atteignant trois millions de votants (à 17H), l'ancien député de la Sarthe remporte plus de 66,5 % des voix, contre 33,5 % pour Alain Juppé. Une revanche contre les sondages qui le plaçaient il y a encore un mois en troisième place face à Bruno Le Maire. Une revanche aussi contre Nicolas Sarkozy, l'ex chef de l'Etat qui avait rabaissé son Premier ministre au rang de "collaborateur".

La politique c'est quelque chose de formidable : on peut partir à 8% (d'intentions de votes) et arriver à quasiment 70% ! (Philippe Breton, politologue)

François Fillon a recueilli 74,4 % des bulletins dans le Doubs sur 30921 votants, 71 % dans le Territoire de Belfort (7280 votants) et 78,7% en Haute-Saône (11371 votants). Résultats département par département ICI

François Fillon largement plébiscité lors de la primaire de la droite et du centre. - Radio France
François Fillon largement plébiscité lors de la primaire de la droite et du centre. © Radio France

A droite toute !

Ultra-libéral sur le plan économique, conservateur voire réactionnaire sur le plan des valeurs, le nouveau champion de la droite est aussi celui des catholiques et de la Manif pour Tous. Le Sarthois a-t-il siphonné des voix à l'extrême droite ? "C'est très probable", estime Philippe Breton, politologue et enseignant au CUEJ, le Centre universitaire d'enseignement du journalisme de Strasbourg.

"Un certain nombre d'électeurs de droite avaient été extrêmement déçus par cette compromission avec des thèmes centristes, voire de gauche. Beaucoup d'électeurs authentiquement de droite s'étaient retranchés sur le Front national. François Fillon a certainement été chercher quelques uns de ces électeurs."

La gauche a-t-elle déjà perdu la présidentielle ?

La victoire de François Fillon marque aussi la fin du gaullisme et du chiraquisme. Et c'est paradoxalement un moindre mal pour la gauche. L'ancien Premier ministre sarthois est un adversaire plus clivant que ne l'était son rival Alain Juppé. Pour preuve la réaction de Nicolas Bodin, le premier secrétaire fédéral du Parti socialiste dans le Doubs était l'invité lundi de France Bleu Belfort-Montbéliard :

Son programme est extrêmement dur, avec la hausse de la TVA, la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires, le départ à la retraite à 65 ans. Certains nous disent qu'ils ne font pas la différence entre la droite et la gauche, là je pense qu'ils vont très très clairement voir la différence!

François Fillon fait donc figure d'épouvantail-répulsif mais encore faut-il que la gauche soit en ordre de bataille. Et c'est là que le bât blesse. "A gauche, il y a un problème d'homme ou de femme pour porter un projet, explique le politologue Philippe Breton. Je crois qu'avec Fillon, il y a eu un bon moment de démocratie, c'est-à-dire des positions claires, qu'on les partage ou pas, c'est un autre chose. Et je crois que les électeurs ont besoin de clarté."

La gauche aujourd'hui ne produit que du brouillard et si elle continue comme ça elle ne s'en sortira pas. (P. Breton)

Pour les socialistes, "c'était un weekend compliqué" résume Nicolas Bodin. "La victoire de François Fillon était attendu, le score est large. En revanche, pour la gauche, les candidatures semblent se multiplier, j'en ai compté à peu près huit, c'est un vrai problème à six mois de l'élection présidentielle . il est absolument nécessaire que dans les semaines qui viennent qu'il y ait un accord pour avoir une primaire du parti socialiste qui soit la plus large possible de manière à éviter la dispersion des voix au premier tour, sinon c'est la catastrophe assurée."