Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Primaire de la droite : pour Olivier Ihl, François Fillon est un "Juppé moins vieux et Sarkozy moins énervé"

mardi 22 novembre 2016 à 9:22 Par Nicolas Crozel, France Bleu Isère

Avec un peu de recul, le politologue grenoblois Olivier IHL (science-po Grenoble) analyse la percée de François Fillon au premier tour de la primaire de la droite et du centre.

Le duel Fillon - Juppé analysé par Olivier Ihl
Le duel Fillon - Juppé analysé par Olivier Ihl © Maxppp -

Grenoble, France

Invité ce mardi sur France Bleu Olivier Ihl livre son analyse sur ce surprenant premier tour de la primaire. Sur l'engouement populaire, l'ancien directeur de Science-po Grenoble estime que les primaires font désormais parti du champ politique de notre pays, "ce qui bouscule la tradition gaulliste de la Vè république et le mode de désignation du leader politique". Sur la percée de François Fillon, Olivier Ihl y voit trois raisons : "L'aveuglement" des médias et des instituts de sondage, 16 points d’écart c’est plus qu’une paille c'est une poutre dans l’œil des instituts".

Autre élément notable, selon Olivier Ihl "une sorte de retour à une orthodoxie en matière familiale et en matière de mœurs, un retour de balancier après le mariage pour tous" ce qu'incarne mieux François Fillon qui a le soutien de "la manif pour tous".

Enfin, dernier point, la stratégie politique pure : "une part des électeurs qui se sont déplacés pour sanctionner Monsieur Sarkozy ou Monsieur Juppé ont trouvé que Monsieur Fillon était une synthèse des deux, une sorte de Juppé moins vieux ou de Sarkozy moins énervé."

Interrogé ensuite sur le retrait de Nicolas Sarkozy Olivier Ihl reste prudent, "surtout qu'en France le seul critère qui vaille c'est la longévité, quitte à enchainer des défaites et des traversée du désert" Rien n'est donc définitif.

Olivier Ihl livre son analyse sur la primaire