Politique

Primaire de la gauche : après les attaques à distance, place au débat télévisé entre Benoît Hamon et Manuel Valls

Par Tifany Antkowiak, France Bleu mercredi 25 janvier 2017 à 4:00

Benoît Hamon et Manuel Valls vont débattre mercredi en direct à la télévision.
Benoît Hamon et Manuel Valls vont débattre mercredi en direct à la télévision. © AFP - Joël Saget

Les deux candidats qualifiés pour le second tour de la primaire de la gauche, Benoît Hamon et Manuel Valls, s'affrontent mercredi soir lors d'un débat télévisé, après deux jours de vives tensions entre les deux camps et la polémique autour des chiffres des résultats du premier tour.

Cette fois Benoît Hamon et Manuel Valls devront se répondre face à face. Les deux candidats qualifiés pour le second tour de la primaire de la gauche (dimannche 29 janvier) s'affrontent mercredi soir à partir de 21h lors d'un débat télévisé, retransmis sur TF1, France 2 et France Inter. La tension est vivre entre les deux hommes, après deux jours d'attaques par médias interposés.

Offensive de Valls sur le revenu universel et la laïcité

Les attaques ont débuté dès dimanche soir lorsque Manuel Valls, arrivé deuxième du premier tour de la primaire avec 31,22% des voix contre 35,86% pour son adversaire, a déclaré qu'avec Benoît Hamon, c'était la "défaite assurée" à l'élection présidentielle. Lundi, l'ex-Premier ministre assénait un deuxième coup en critiquant vivement le revenu universel, l'une des mesures phares du programme de Benoît Hamon, déclarant sur RTL que cela "ruinerait le pays".

Manuel Valls a d'ailleurs joué la même partition mardi sur franceinfo. "Quand on propose 350 milliards d'euros même à l'horizon d'un quinquennat, c'est irréaliste", a déclaré l'ex-Premier ministre. "Quand on bâtit le succès de sa campagne sur cette idée-là, alors on est en effet un marchand de sable, un marchand d'illusions, parce que ça va créer des désillusions", a-t-il ajouté. Manuel Valls a également attaqué son adversaire sur le thème de la laïcité mardi, accusant Benoît Hamon d'"ambiguïtés" sur ce sujet.

Hamon réclame "un peu de sobriété"

Suite à ces attaques, Benoît Hamon a dénoncé mardi dans un entretien à Ouest France le climat"violent" de la campagne d'entre-deux-tours. Pour lui, Manuel Valls a prononcé "des accusations très graves, comme le communautarisme, le fait que je ruinerais la France, étayées par rien". "Cela laissera des traces et ne servira que nos adversaires", a regretté l'ancien ministre de l'Éducation, allant jusqu'à qualifier, sur Europe 1, d'"assez irresponsable" l'offensive de Manuel Valls.

Sur la question de la laïcité, Benoît Hamon s'est ému là aussi des propos de son adversaires : "On me fait le procès de quoi ? D'être élu de banlieue, d'être confronté à la réalité de ce communautarisme que je combats, autrement que par des mots", a répondu le député des Yvelines mardi matin sur RFI. "Je demande à Manuel Valls et à ses amis un peu de sobriété", a-t-il continué.

Chiffres du premier tour : appel à la transparence

Les organisateurs de la primaire de la gauche continuaient mardi à devoir s'expliquer après la polémique sur les chiffres des résultats du premier tour. Une polémique qui semble agacer Christophe Borgel : "Qu'est-ce que c'est que cette polémique? Il y a un candidat qui a contesté un bureau de vote? Vous avez vu un problème dans un bureau de vote?", s'est défendu mardi le président du comité d'organisation de la primaire. Sept députés socialistes ont toutefois demandé mardi que la presse assiste aux "opérations de recollement et de centralisation des votes" du second tour de la primaire, par souci de "transparence totale".

Emploi, environnement et sécurité au menu du débat

L'emploi sera le premier thème abordé lors du débat télévisé entre Benoît Hamon et Manuel Valls mercredi soir. Les deux candidats qualifiés pour le second tour de la primaire de la gauche confronteront aussi leurs idées à propos de l'environnement, de la sécurité, de l'Europe et de la politique internationale. Pour ce débat à deux, les pupitres se feront face, mais les candidats n'auront pas à se regarder dans le blanc des yeux pendant toute l'émission, puisqu'ils seront placés légèrement de biais. Le débat débute à 21h, il est retransmis sur TF1, France 2 et France Inter.