Politique

Primaire de la gauche : les chiffres clefs en Isère

Par Alexandre Berthaud, France Bleu Isère dimanche 22 janvier 2017 à 8:00

Les primaires citoyennes ont lieu les 22 et 29 janvier
Les primaires citoyennes ont lieu les 22 et 29 janvier © Maxppp -

Les citoyens peuvent ce dimanche aller voter pour l'un des sept candidats de la primaire de la Belle Alliance Populaire, entre 9h et 19h. Malgré des statistiques télévisuelles très en-dessous de la droite lors des débats, la gauche veut limiter la casse.

2 millions de téléspectateurs de moins

C'est la différence entre l'audience à la télévision du troisième débat de la primaire de la gauche (3,1 millions de téléspectateurs), et celle du troisième débat la droite en novembre dernier (5,1 millions). L'écart sera-t-il le même en terme de votants ? Le premier tour a rassemblé 4 290 000 votants pour la droite en novembre.

30 bureaux de vote en moins en Isère

Les socialistes ne se font pas d'illusion : ils attendent moins d'électeurs que la droite, et même moins que lors de leur primaire précédente, en 2011. À l'époque l'Isère comptait environ 150 bureaux de vote. Pour ce premier tour, il y en a 119. Et si on compare à la primaire de la droite et du centre l'écart est encore plus grand : l'opposition avait ouvert 173 bureaux en Isère.

55 000 électeurs espérés en Isère

C'est le nombre d'électeurs qu'espèrent attirer les responsables de l'organisation de cette primaire en Isère, ce qui serait un beau score, égal à celui de 2011. Encore une fois, il sera bien en-deçà du résultat de la droite en novembre : 76 000 Isérois avaient glissé leur bulletin dans l'urne lors de chaque tour.

1 euro, prix à débourser

C'est ce qu'il vous faudra payer pour voter, ce dimanche et celui d'après, soit un euro de moins que lors de la primaire de la droite et du centre. La somme est censée couvrir les frais d'organisation. Il est également obligatoire d'être inscrit sur les listes électorales et de signer la charte des valeurs de la gauche pour voter.

1 200 bénévoles en Isère

C'est finalement le seul point sur lequel droite et gauche s'entendent. Le nombre de bénévoles mobilisés pour l'organisation Iséroise du scrutin de la gauche est exactement le même que celui annoncé en novembre par les responsables de droite.