Politique

Primaire de la gauche "Il n'y a pas eu de faux pas lors de ce débat" Ronan Doaré maître de conférence de droit public

Par Justine Sauvage, France Bleu Armorique vendredi 13 janvier 2017 à 11:04

Les sept candidats se sont affrontés lors d'un débat retransmis notamment sur TF1
Les sept candidats se sont affrontés lors d'un débat retransmis notamment sur TF1 © Maxppp - Alexandre Marchi

Les sept candidats en lice pour la Primaire de la gauche ont débattu jeudi soir pour la première fois à la télévision. Un débat courtois qui a montré des convergences mais aussi des divergences. Analyse avec Ronan Doaré, maître de conférence en droit public à l'université Rennes 2.

Les sept candidats à la primaire de la gauche (Jean-Luc Bennahmias, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy, et Manuel Valls) ont confronté leurs idées ce jeudi soir lors d'un premier débat diffusé sur TF1, LCI, Public Sénat, et RTL, et co-organisé avec L'Obs. Les échanges ont duré un peu plus de deux heures et demi. Retour sur ce débat à retrouver ici.

Un débat que l'invité de France Bleu Armorique, Ronan Doaré, maître de conférence en droit public à l'université Rennes 2, a trouvé "intéressant avec des convergences et des divergences entre les candidats". Mais c'était le premier des trois débats programmés. "Les acteurs se mettaient en place" continue Ronan Doaré. "Chacun était dans sa posture. Celui qui avait le plus à perdre c'était Manuel Valls, qui s'en est bien sorti" Le débat s'est un peu cristallisé autour du "revenu universel proposé par Benoît Hamon".

"Ce qui était à craindre, c'est un faux pas, il n'y en a pas eu lors de ce premier débat" Ronan Doaré, maître de conférence en droit public à l'université Rennes 2

Selon notre invité, peut-être que le débat va s'animer lors des prochains rendez-vous entre les candidats (dimanche et mercredi prochains), notamment autour du 49.3.

Le Parti Socialiste qui a beaucoup à perdre lors de cette primaire. "Dans les sondages, le PS est éliminé au premier tour de la Présidentielle, rappelle Ronan Doaré. L'un des enjeux, c'est la participation au premier tour, il faut au moins 1.5 millions d'électeurs pour que cela soit correct, 2 millions pour parler de succès. Mais cette primaire intéresse moins que celle de la droite. Et puis il faut faire sa place entre Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron."

L'interview de Ronan Doaré est à retrouver en intégralité ici.