Politique

Primaire de la gauche : Manuel Valls en tête en Haute-Vienne et en Corrèze, Benoît Hamon arrive deuxième

Par Claire-Lise Macé, France Bleu Limousin dimanche 22 janvier 2017 à 23:10

Manuel Valls arrive en tête des primaires en Corrèze et en Haute-Vienne.
Manuel Valls arrive en tête des primaires en Corrèze et en Haute-Vienne. © Maxppp - Olivier Arandel

La Haute-Vienne et la Corrèze restent fidèles à l'ancien Premier Ministre. Alors que Benoît Hamon est en tête du premier tour des primaires au niveau national, c'est Manuel Valls qui prend la première place ici (38,43% en Haute-Vienne et 37,37% en Corrèze).

En Haute-Vienne et en Corrèze, les électeurs n'ont pas suivi la tendance nationale. Dans les deux départements, l'ancien Premier Ministre Manuel Valls est arrivé en tête.

En Haute-Vienne, Manuel Valls remporte 38,43% des suffrages. Suivi de Benoît Hamon (32,55%) et d'Arnaud Montebourg (18,26%). Suivent ensuite Vincent Peillon (5,30%), François de Rugis (2,83%), Sylvia Pinel (1,68%) et Jean-Luc Bennahmias (0,95%).

En Corrèze, les résultats sont à peu près similaires. Manuel Valls remporte 2591 voix (37,37%). Benoît Hamon recueille 2 334 bulletins (33,67%). Arnaud Montebourg arrive troisième avec 15,06%. Viennent ensuite Vincent Peillon (8,42%), François de Rugis (3%), Sylvia Pinel (1,80%) et Jean-Luc Bennahmias (0,69%)

Participation en forte baisse

Au parti socialiste de la Haute-Vienne, on se dit "satisfaits" de la participation à la primaire de la Belle Alliance Populaire. 11 253 personnes sont allées voter dimanche pour le premier tour. "C'est vrai que c'est moins bien qu'en 2011, reconnaît Gulsen Yildirim, la présidente du comité départemental de l'organisation des primaires. "Mais étant donné le contexte politique actuel, c'est un bon score. Nous sommes contents d'avoir dépasser la barre des 10 000 votants." On rappelle qu'en 2011, 20 900 personnes s'étaient déplacées pour le premier tour des primaires.

Même constat en Corrèze où 7 103 électeurs se sont déplacés pour le premier tour alors qu'ils étaient plus de 19 000 en 2011. Pour le premier secrétaire du PS dans le département, Karim Maatoug, "cette baisse s'explique surtout par l'absence de François Hollande, qui avait créé un réel dynamisme lors des primaires il y a 6 ans".