Politique

Primaire de la gauche : une participation en chute libre en Franche-Comté

Par Wassila Guittoune et Hugo Flotat-Talon, France Bleu Belfort-Montbéliard lundi 23 janvier 2017 à 8:45

Benoit Hamon arrive en tête du premier tour de la primaire de la gauche avec 36,35% des voix
Benoit Hamon arrive en tête du premier tour de la primaire de la gauche avec 36,35% des voix © Maxppp - Thomas Padilla

Comme au niveau national, Benoit Hamon est arrivé en tête dans le Territoire de Belfort et le Doubs devançant Manuel Valls. Ce premier tour a été marqué dans la région par la faible participation au scrutin.

Dans le Territoire de Belfort, Benoit Hamon recueille, 34.60% des suffrages, Manuels Valls 33,28% et Arnaud Montebourg 20.71%. Dans le Doubs, Benoit Hamon devance également l'ancien Premier ministre. En Haute-Saône en revanche, Manuel Valls arrive largement en tête avec plus de 36,65 % des voix contre 28,3% pour Benoit Hamon. Suit Arnaud Montebourg avec 21,75 %.

Un taux de participation en chute libre

Ce premier tour de la primaire de la gauche n'a pas mobilisé les foules dans le Nord Franche-Comté. Dans le Territoire de Belfort par exemple, il y a eu 2600 votants dans le Territoire de Belfort, contre plus de 5000 en 2011. "Il faut impérativement faire mieux au second tour (...) j'appelle tous les électeurs de gauche à venir voter, c'est impératif pour donner crédibilité et légitimité à notre candidat du rassemblement à gauche" explique Maud Clavequin, première secrétaire fédérale du Territoire de Belfort .

"J’espère que la mobilisation sera au rendez-vous pour le second tour" (Maud Clavequin, première secrétaire fédérale PS du Territoire de Belfort)

Le PS c'est comme la banquise de l'Antarctique, ça se rétracte et ça se fracture

"Le chiffre de la participation reflète l'état du parti socialiste aujourd'hui" estime Philippe Breton, politologue et enseignant à l'école de journalisme de Strasbourg, ajoutant qu'il faut tout de même attendre le prochain tour dimanche "peut-être qu'avec les Vallsistes, les Hollandistes , on aura un surcroît de participation. Mais personne n'y croit vraiment".

Benoit Hamon fait rêver

Selon Philippe Breton, politologue et enseignant à l'école de journalisme de Strasbourg, "la victoire de Benoit Hamon est basée sur un coup politique, sur l'annonce d'une mesure, le revenu universel, dont tout le monde sait et probablement Benoit Hamon lui même, qui est irréaliste, mais elle fait rêver. Benoit Hamon fait rêver la gauche." Le politologue estime que Manuel Valls, arrivé deuxième au premier tour, fait les frais de sa position comme ancien premier ministre, héritier du quinquennat de François Hollande :"Manuel Valls est resté sur des positions réalistes et du coup tout le bilan l'a raccompagné dans cette relative descente aux enfers".

"Le chiffre essentiel était celui de la participation qui reflète l'état du parti socialiste (Philippe Breton, politologue et enseignant à l'université de Strasbourg)