Politique

Primaire à droite : Juppé "déjà dans les habits présidentiels" selon Virginie Calmels

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde vendredi 14 octobre 2016 à 11:00

Alain Juppé entre Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet.
Alain Juppé entre Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet. © AFP

Alain Juppé sort gagnant du premier débat de la primaire de la droite et du centre qui s'est tenu ce jeudi soir. Deux sondages montrent qu'il a été le plus convaincant. Sans surprise, c'est aussi l'avis de sa première adjointe à Bordeaux Virginie Calmels.

Alain Juppé serait donc le vainqueur du débat. Un sondage Sofres donne le maire de Bordeaux gagnant pour 36% des sondés devant Nicolas Sarkozy (22%), François Fillon et Bruno Le Maire (11% chacun). Un sondage Elabe donne la même tendance : 35% pour Juppé, 21% pour Sarkozy et 15% pour Le Maire. A Bordeaux, Virginie Calmels, première adjointe d'Alain Juppé à la mairie, a suivi le débat avec attention. Elle a livré son analyse sur France Bleu Gironde.

France Bleu Gironde : Qu'avez-vous pensé de la mécanique du débat ?

Virginie Calmels : Je pense que c'était un débat de très bonne tenue.Chacun a pu réagir sur les thèmes qui concernent les Français. Les sept candidats se sont exprimés avec courage et également avec de la hauteur et du respect les uns vis-à-vis des autres.

Les sondages donnent Alain Juppé vainqueur de ce débat. D'après vous, sur quoi a-t-il fait la différence ?

Sur l'ensemble. Il a montré qu'il était prêt. Il est déjà dans les habits présidentiels. Quand certains parlaient de primaire ou d'élection, lui parlait de la France, parlait de vision. Sa conclusion a été remarquable. C'est un homme qui regarde l'avenir, qui voit au-delà de sa propre élection et du quinquennat qui se présente à lui. Je pense que c'est son authenticité qui peut faire la différence. Les Français ont besoin de confiance et Alain Juppé inspire cette confiance d'être à la hauteur des enjeux qui seront, on le sait, difficiles.

Il n'y a pas eu de dérapage entre les candidats. Ça peut continuer comme ça lors des deux autres débats prévus ?

Oui, je pense que c'est nécessaire. Cette famille politique s'est parfois déchirée et les gens attendent autre chose. C'est l'honneur des candidats de respecter cette hauteur de vue. Les Français qui souffrent n'attendent pas de petites phrases ni de petites attaques. je pense que les autres débats seront sur la même tonalité.

Bruno Le Maire a demandé la transparence des casiers judiciaires des candidats. Alain Juppé, condamné en 2004, peut-il se présenter ?

Comme il l'a dit lui-même, c'est aux électeurs de trancher. Pour moi ce qui est important, c'est de revenir à la compétence et à la probité. En l’occurrence, la condamnation d'Alain Juppé n'a jamais porté sur sa probité personnelle. Il a été clairement dit qu'il n'y avait pas eu d'enrichissement personnel. Il a assumé une responsabilité collective. C'est quelqu'un qui a été très loyal et c'est plutôt à mettre à son honneur. Je ne pense pas que les Français jugent qu'Alain Juppé n'a pas sa place ni dans cette primaire, ni demain pour être président de la République.

Virginie Calmels invitée de France Bleu Gironde.

Virginie Calmels et Alain Juppé le 26 septembre dernier sur les quais de Bordeaux. - Aucun(e)
Virginie Calmels et Alain Juppé le 26 septembre dernier sur les quais de Bordeaux. - © Maxppp

►►► A lire aussi : Ce qu'il faut retenir du premier débat de la primaire à droite

Partager sur :