Politique

Primaire à Gauche : la tendance Hamon / Valls s'inverse en Corse

Par Hélène Battini, France Bleu RCFM lundi 23 janvier 2017 à 9:08

Duel Valls / Hamon
Duel Valls / Hamon © Maxppp - maxppp

C'est un duel Benoit Hamon - Manuel Valls qui est proposé aux électeurs dimanche prochain. L'ancien ministre frondeur est arrivé en tête avec 36.3% des voix devant l'ancien chef du gouvernement et ses 31.1%.

Benoît Hamon est arrivé en tête du premier tour de la primaire de la belle alliance populaire avec 36.3 % des voix devant l'ancien premier ministre Manuel Valls et ses 31.1%. Le troisième homme, Arnaud Montebourg, a obtenu 17,5% devant Vincent Peillon (6,8%), François de Rugy (3,8%), Sylvia Pinel (2%) et Jean-Luc Bennahmias (1%). Des résultats qui vont être quelque peu affinés car en fin de soirée 1 337 820 bulletins avaient été dépouillés sur 79,54% des bureaux de vote. En corse, sur les deux départements, c'est Manuel Valls qui est arrivé en tête devant Benoît Hamon et Arnaud Montebourg. La participation a été faible par rapport à celle de la primaire de la droite en novembre, 2 690 votants en Haute-Corse et 1 723 en Corse-du-Sud. Comme sur le continent on a beaucoup moins voté que pour la primaire de 2011.

Corse-du-Sud

En corse du sud. 1 723 électeurs se sont déplacés, ils étaient 3 948 en 2011. Valls arrive en tête avec 726 voix devant Benoît Hamon (509), Arnaud Montebourg (251), Vincent Peillon (89), Sylvia Pinel (50), François de Rugy (42), Jean-Luc Bennahmias.

Jean Marc Ciabrini le secrétaire départemental de la fédération Socialiste pour la Corse-du-Sud était l'invité de la rédaction ce lundi matin sur RCFM.

« Au niveau local les citoyens ont reconnu en Valls la personne qui assume le bilan, et d’autre part on sent sur le vote de Hamon et Montebourg cette volonté de « gauchir les programmes ». Même si cette gauche est divisée avec Jean-Luc Mélenchon et Macron, je souhaite que ces trois tendances se réunissent et à ce moment-là tout est possible, y compris battre la droite qu’elle soit extrême ou dure. Il y a un certain nombre d’électeurs qui sont venus en 2011 qui sont partis sur Mélenchon ou Macron, il y en a davantage encore qui en ont assez de ces divisions et ne sont pas venus du tout. Quand on voit les élus, y compris ici en Corse, qui le (Macron) soutiennent, on doit bien reconnaitre qu’ils emportent avec eux un certains électorat de gauche. Je parle de Jean-Charles Orsucci, et du PRG de Paul Giacobbi. »

Haute-Corse

2 690 votants en Haute-Corse pour ce premier tour dont 1 025 sur les seuls bureaux de Bastia ville, contre presque 6 000 en 2011, où Manuel Valls est arrivé en tête avec 1 546 voix, devant Benoit Hamon (534 voix) et Arnaud Montebourg (277 voix). Suivent ensuite Vincent Peillon avec 110 voix, Sylvia Pinel 109, François de Rugy 44 voix et enfin Jean-Luc Bennahmias 39 voix. Une participation en demi-teinte, mais une primaire qui a clairement mis le cap à gauche analyse Emmanuelle de Gentili, secrétaire départementale de la fédération du Parti socialiste.

« La Corse met en tête Manuel Valls avec en second Benoît Hamon, ils sortent en tête, ce qui est important c’est ça. On est dans le même état d’esprit…D’un côté à droite il y a du libéralisme assumé et de l’autre à gauche, une majorité à la lecture du premier tour qui s’inscrit dans une gauche plus affirmée. Il faut confirmer au second tour. Sur un second tour, il y a des choix de société qui peuvent mobiliser…»