Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Primaire PS à Aix : Edouard Baldo et Jacques Lecuivre au second tour

-
Par France Bleu Provence

Edouard Baldo, un avocat de 65 ans, a recueilli 27% des suffrages ce dimanche au premier tour des primaire PS à Aix. A la deuxième place, un ancien avocat de 61 ans, Jacques Lecuivre, obtient 19% des voix.

Le beffroi de la mairie d'Aix-en-Provence
Le beffroi de la mairie d'Aix-en-Provence

Militant socialiste depuis 45 ans, Edouard Baldo est élu au conseil municipal d’Aix à partir de 1977. Avocat à plein temps dans les années 90, il revient en politique en 2012, à l'occasion des campagnes présidentielle et législative.

De son côté, Jacky Lecuivre a adhéré au PS en 1981. « Je suis resté fidèle à mes convictions, même quand cet engagement était un risque pour ma carrière  ». Dans sa campagne, il s’est particulièrement engagé sur le thème de la création d’emplois.

Six candidats mais aucune notoriété reconnue

Sur les six candidats, aucun ne bénéficiait d'une notoriété importante. Les deux élus Jacques Agopian et André Guinde ont respectivement obtenu 17% et 15%.

La seule candidate féminine, Gaëlle Lenfant , a totalisé 12% des voix quand le benjamin, Cyril Di Méo (un transfuge des Verts) en a compté 9%. Au total, quelque 2.800 votants ont participé à ce vote.

> Tous les résultats à Aix

La campagne des socialistes, plutôt discrète, mettait en avant « la transparence  » et la lutte contre « la politique clientéliste et le clan Joissains  », du nom de la maire UMP sortante. Maryse Joissains, sait qu’elle « part favorite mais pas gagnante  ». La droite est en effet divisée avec une liste dissidente et une liste d’extrême-droite.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess