Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Privé de sa délégation à la métropole d'Orléans, le maire de Bou dénonce "une punition"

-
Par , France Bleu Orléans

Bruno Cœur, le maire de Bou, a été confirmé jeudi comme 15ème vice-président d'Orléans métropole. Mais, au passage, il a perdu sa délégation au développement durable et n'a plus en charge qu'une "coquille vide". Il y voit une "punition" de la part du tandem Chaillou-Grouard.

Bruno Cœur, dans sa mairie de Bou, ce vendredi
Bruno Cœur, dans sa mairie de Bou, ce vendredi © Radio France - François Guéroult

C'est ce qu'on appelle une victoire à la Pyrrhus. Bruno Cœur, le maire de Bou, a certes gagné, juridiquement, son combat pour rester 15ème vice-président d'Orléans métropole, au détriment de l'adjoint orléanais Florent Montillot. Une situation entérinée par le conseil métropolitain, jeudi soir. Mais, politiquement, Bruno Cœur a perdu sa délégation au développement durable pour être cantonné à une obscure délégation (relations entre la métropole et la commune de Bou).

"Christophe Chaillou m'a de nouveau menacé"

Bruno Cœur n'a d'ailleurs appris ce changement qu'au dernier moment, jeudi soir, lorsque le président de la métropole Christophe Chaillou l'a annoncé. Le maire de Bou était si surpris qu'il ne souhait pas réagir à chaud. Il le fait, à présent, au micro de France Bleu Orléans. Entre colère et amertume.

Petit retour en arrière : "Il y a trois semaines, raconte Bruno Cœur, Christophe  Chaillou m'a encore une fois demandé de démissionner, malgré le jugement du tribunal administratif. Ce que j'ai refusé, une nouvelle fois. Il m'a alors menacé de me retirer ma délégation ou bien de démissionner lui-même de la présidence, afin de refaire l'élection de l'exécutif dans sa globalité..."

"Une volonté évidente de mettre au placard"

Le maire de Bou assure ensuite n'avoir plus eu de nouvelles, jusqu'au conseil métropolitain. "Comme Florent Montillot avait décidé d'arrêter là la procédure, et qu'il devenait conseiller délégué, je pensais que le sujet allait être enfin clos et que les choses seraient enfin apaisées. Cela donc a été une vraie surprise pour moi quand Christophe Chaillou a annoncé le retrait de ma délégation. Je ne pensais pas qu'il mettrait sa menace à exécution."

Un geste politique qui a une signification bien précise aux yeux de Bruno Cœur :  "C'est clairement une punition par rapport au fait que j'ai mis en exergue en juillet le fonctionnement de la métropole. La délégation qu'on m'octroie - les relations entre ma commune et la métropole - c'est une délégation par défaut que chaque maire a : c'est une coquille vide, évidemment, c'est la volonté de me mettre dans un placard. Je n'imaginais pas qu'on pouvait en venir à des comportements aussi bas."

Déjà des premiers soutiens pour le maire de Bou

Au-delà de son cas personnel, le maire de Bou s'inquiète du message écologique ainsi envoyé. "Le développement durable, c'est vraiment un sujet qui m'est cher et j'avais commencé à avoir un travail constructif avec la direction de l'environnement de la métropole. Ce n'est vraiment pas un bon signe pour ce que cette mandature veut faire en matière de transition écologique." C'est Serge Grouard, le maire d'Orléans, qui récupère cette délégation au développement durable et à la protection de la biodiversité, en tant que 1er vice-président de la métropole.

Passé l'effet de surprise de ce tour de passe à passe au sein du conseil métropolitain, Bruno Cœur a très vite reçu de nouveaux soutiens, dont celui de Patrick Communal. L'ancien avocat orléanais qui avait saisi le tribunal administratif cet été appelle à faire de Bou "un lieu de résistance de la démocratie citoyenne et écologique".

Patrick Communal apporte de nouveau son soutien au maire de Bou
Patrick Communal apporte de nouveau son soutien au maire de Bou - Capture d'écran Facebook
Choix de la station

À venir dansDanssecondess