Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Pays Basque : la sculpture commémorant le désarmement d'ETA fait polémique

vendredi 6 avril 2018 à 16:22 Par Oihana Larzabal et Paul Nicolaï, France Bleu Pays Basque

La sculpture de Koldobika Jauregi doit être inaugurée dimanche 8 avril à Bayonne, un an jour pour jour après le désarmement d'ETA. Elle a provoqué la colère d'élus de tous bords jeudi au conseil municipal. La délibération autorisant son installation a été adoptée de justesse.

L'installation de la sculpture de Koldobika Jauregi a créé la polémique lors du dernier conseil municipal de Bayonne
L'installation de la sculpture de Koldobika Jauregi a créé la polémique lors du dernier conseil municipal de Bayonne © Radio France - Paul Nicolaï

Bayonne, France

Délibération n°35 ce jeudi dans la grande salle du conseil municipal de Bayonne : "installation d'une oeuvre d'art commémorative au cœur du Petit Bayonne".

"Arbolaren egia" (la vérité de l'arbre en basque) est une sculpture en acier corten de Koldobika Jauregi. Elle représente un arbre dont le tronc est une hache renversée. Le symbole d'ETA retourné. Un don du mouvement Bake Bidea à la ville de Bayonne, approuvé par le maire Jean-René Etchegaray, l'une des chevilles ouvrières du désarmement il y a un an.

Opposition

Henri Etcheto, chef de file de l'opposition "Bayonne Ville ouverte" estime que cette opération est de nature "à susciter le trouble. Oui au désarmement mais avec "pudeur" et sans que cela soit "ostentatoire".

C'est peut-être trop tôt et peut-être pas le bon symbole — Mathieu Bergé, conseiller municipal socialiste d'opposition

Le communiste Alain Duzert considère que "cette mise en scène est clairement destinée à servir des manœuvres et des intentions politiques partisanes et très discutables".

"Cette délibération est à mes yeux une manipulation et une imposture" — Alain Duzert

Majorité divisée

La sculpture ne fait pas l'unanimité non plus dans la majorité du maire UDI. Désapprobation d'Alain Esmieux et Philippe Escapil-Inchauspé, des proches de Sylvie Durruty. "Trop vite, trop tôt" selon la 1ère adjointe LR mais elle ne s'est pas exprimée lors du conseil municipal. 

La sculpture est devenue sujet de discorde

11 conseillers de la majorité se sont abstenus, de même que les élus de gauche. La délibération a finalement été adoptée à une courte majorité de 23 voix sur 43 mais personne n'a voté contre.

Installée ce vendredi sur l'esplanade Roland Barthes à Bayonne, la sculpture sera inaugurée dimanche 8 avril - Radio France
Installée ce vendredi sur l'esplanade Roland Barthes à Bayonne, la sculpture sera inaugurée dimanche 8 avril © Radio France - Oihana Larzabal

La sculpture sera inaugurée dimanche 8 avril à 11 heures sur l'esplanade Roland Barthes, dans le Petit Bayonne dans le cadre du Forum organisé par les Artisans de la paix et Bake Bidea, un an jour pour jour après le désarmement d'ETA qui avait réuni 20 000 personnes à Bayonne.

Revoir le débat du conseil municipal de Bayonne du 5 avril 2018

La sculpture a déjà été fustigée en Espagne par les associations des victimes du terrorisme.