Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Producteur de rap tabassé : "Les policiers méritent d'être radiés" réagit un député LREM de Haute-Garonne

-
Par , France Bleu Occitanie

Après la diffusion d'images de l'agression d'un producteur par des policiers à Paris, le député LREM de Haute-Garonne Mickaël Nogal a réagi sur France Bleu Occitanie ce vendredi matin. Il se dit "choqué", mais continue de défendre la proposition de loi "sécurité globale".

Mickaël Nogal, député de la 4e circonscription de Haute-Garonne, était l'un des invités de la matinale de France Bleu Occitanie ce vendredi.
Mickaël Nogal, député de la 4e circonscription de Haute-Garonne, était l'un des invités de la matinale de France Bleu Occitanie ce vendredi. © Radio France - Alban Forlot

Quatre policiers sont suspendus après une nouvelle affaire de violences policières à Paris. Ils ont suivi jusqu'à son studio et roué de coups un producteur de rap parce qu'il ne portait pas de masques. Des violences filmées par les caméras de surveillance des locaux et diffusées ce jeudi 26 novembre. Les images, très dures, font beaucoup réagir. Le député de la majorité en Haute-Garonne Mickaël Nogal s'est dit "choqué" par ces faits sur l'antenne de France Bleu Occitanie ce vendredi matin 

"J'ai vu ces images, je les trouve inqualifiables" a réagit Mickaël Nogal. "Je regrette que des policiers aient utilisé la violence gratuite et j'espère que des sanctions seront prises"

"Des sanctions doivent être prises"

Le député La République en Marche de la quatrième circonscription de Haute-Garonne a tout de même réaffirmé son soutien aux forces de l'ordre, qui selon lui exercent un "travail difficile". "Mais comme dans toute institution, vous avez des gens qui ont des bons et des mauvais comportements" explique le député. "Dès qu'il y a des manquements à la déontologie, dès qu'il y a de la violence gratuite, des sanctions doivent être prises. Je crois que ces policiers méritent d'être radiés". 

Ces violences interviennent alors qu'est examiné une proposition de loi particulièrement sensible, dite de "sécurité globale", dont l'article 24 prévoit de sanctionner des personnes diffusant des images malveillantes des forces de l'ordre. Une proposition de loi très critiquée, car taxée d'empêcher la diffusion d'images comme celles qui ont permis d'identifier et de suspendre les policiers impliqués dans le passage à tabac du producteur de rap. 

Mickaël Nogal défend l'article 24 de la loi "sécurité globale"

Mais selon Mickaël Nogal, ces critiques sont à nuancer, dans la mesure où cette proposition de loi, selon lui, n'empêche personne de tourner et diffuser ce genre d'images. "L'article crée seulement un nouveau délit lorsque vous diffusez des images avec un message appelant à la haine". Des vidéos ou des photos avec les noms et les adresses des policiers impliqués, appelant à la riposte par exemple.

Tout le monde pourra continuer à diffuser des images de policiers ou de gendarmes - Mickaël Nogal, député LREM de Haute-Garonne

"Cet article ne change rien au fait que les policiers peuvent avoir de bons ou de mauvais comportement" explique Mickaël Nogal. "Tout le monde pourra continuer à diffuser des images de policiers ou de gendarmes". Selon le député, l'article prévoit que seules les incitations à la haine et à la violence seront verbalisées.

La loi de sécurité globale doit être examinée par le Sénat en janvier, avant de revenir à l'Assemblée nationale pour être adoptée.

Carole Delga a elle aussi réagit ce vendredi matin aux images de l'agression. La présidente de la Région Occitanie exprime sur Twitter son "indignation" et appelle à agir face à ces violences. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess