Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Publicité sur le vin censurée : une 2e chance à l'automne ?

jeudi 6 août 2015 à 17:16 Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde

La riposte s'organise en Gironde après la censure d'une partie de la loi Macron, notamment l'amendement qui prévoyait d'assouplir la loi Evin. Les députés et sénateurs du département, qui défendaient cet amendement bec et ongles, ainsi que les viticulteurs espèrent avoir une 2e chance, lors de l'examen de la loi Santé Publique en octobre.

Les viticulteurs espèrent un nouvel amendement à l'automne
Les viticulteurs espèrent un nouvel amendement à l'automne © Fotolia.com

"Nous venons de perdre une première bataille celle de la loi Macron, mais la guerre n'est pas terminée loin de là ", le sentiment Stéphane Héraud, président de l'Union des Côtes de Bordeaux, est sans doute le plus partagé dans les vignes du bordelais.Les viticulteurs qui se battent depuis des mois pour que la Loi Evin (qui interdit toute publicité sur l'alcool et le vin) soit assouplie, ont reçu une claque , ce jeudi matin,** quand ils ont appris que le fameux amendement de clarification soutenu par François Hollande, avait été censuré par le Conseil Constitutionnel** .

"Une claque oui, mais c'est le jeu de la politique. Nous allons sollicité les meilleurs juristes et nous représenterons cet amendement! " assure le sénateur girondin Gérard César (Les Républicains), qui le premier, avait déposé cet amendement, au printemps dernier.

Nouveaux débats à l'autome

De son côté, le député du Sud Gironde Gilles Savary, se dit optimiste quant au retour de cet amendement dans le cadre de la loi Santé Publique , qui sera débattue à partir du mois d'octobre. "Le gouvernement est favorable à cet assouplissement et les parlementaires l'avaient voté." dit-il.

En plus, rappelle Stéphane Héraud, "François Hollande quand il était venu à Vinexpo nous l'avait promis très clairement. "