Politique

Pyrénées-Orientales : seulement cinq femmes maires dans des communes de plus de 1000 habitants

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon lundi 31 mars 2014 à 18:08

Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour la parité en politique. Dans les Pyrénées-Orientales, il ne reste plus que cinq femmes maires de communes de plus de 1000 habitants. La parité sur les listes était pourtant obligatoire, mais ce sont majoritairement des hommes qui ont conduit les listes.

Les municipales 2014 ne rentreront pas dans l'histoire pour la féminisation du poste de maire dans les Pyrénées-orientales. La parité était pourtant obligatoire cette année dès 1000 habitants (et non 3.500 comme avant) mais les femmes se sont retrouvées la plupart du temps en deuxième position sur les listes.

Elles n'étaient quer 31 têtes de liste sur 210 listes en compétition pour ces élections municipales, à peine 15%. Conséquence, elles ne sont plus que cinq femmes maires dans les communes de plus de 1 000 habitants , elles étaient six jusque là.

Deux postes perdus à Vernet les Bains, où Brigitte Jalibert a été battue et Saint-Feliu-d'Avall où Annie Bertrand ne se représentait pas, c'est un homme qui a pris sa place (Robert Taillant). Et une mairie gagnée à Saint-Hypolite avec l'élection de Madelaine Garcia dimanche 23 mars. Damienne Beffara à Millas , Jacqueline Irlès à Villeneuve de la Raho , Huguette Pons à Montesquieu des Albères et Gislaine Beltran-Charre à Corneilla la Rivière conservent leur poste.

Alors être femme et maire d'une commune, est-ce si difficile ? Exemple avec la maire de Corneilla la Rivière, Gislaine Beltran-Charre, 59 ans.

Femmes maire / enrobé EB Corneilla

"Il a fallu que je me batte beaucoup plus que les hommes" (Jacqueline Irlès)

"Peu de femmes souhaitent s'engager et dans le sud de la France, il y a plus de machisme que dans le nord de la France" explique Jacqueline Irlès, maire de Villeneuve de la Raho depuis 2001.

Femmes maires - son