Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quand le Grand Est écope d'une amende pour non respect de la parité homme-femme

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Elsass, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine
Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, France

Le Grand Est est mauvais élève sur la question de la parité homme-femme dans la fonction publique. Elle était même la seule région à ne pas la respecter. Pour cela, elle écope d'une amende de 60.000 euros.

La région Grand Est n'est pas un modèle en matière de parité homme-femme.
La région Grand Est n'est pas un modèle en matière de parité homme-femme. © Maxppp -

Le Grand Est écope d'une amende de 60.000 euros pour ne pas avoir respecter la loi Sauvadet de 2012.  Elle exige 30% de femmes aux nouveaux postes à responsabilité dans la fonction publique en 2016, 40% en 2017. Cette disposition n'était pas respectée par le Grand Est, il y a deux ans, selon un rapport repéré par France 3 Alsace. La région a pourtant signé la charte européenne pour l'égalité des hommes et des femmes dans la vie locale.  

Extrait du rapport 2017 du ministère de l'action et des comptes publics
Extrait du rapport 2017 du ministère de l'action et des comptes publics -

"En 2016, au moment de la fusion entre l'Alsace, la Lorraine et la Champagne-Ardenne, Philippe Richert n'a pas souhaité 'virer' les directeurs et directeurs généraux en place. Ils ont été maintenus", explique Alexandre Cassaro, conseiller régional Grand Est (LR) et délégué à l'égalité hommes-femmes, sur France Bleu Alsace, vendredi 26 janvier. 

Sur les données de l'année 2017, la région est irréprochable. L'un des grands fonctionnaires a été remplacé par une femme.

Déséquilibre administratif et politique

Selon le rapport 2017 du ministère de l'action et des comptes publics, intitulé "Bilan du dispositif des nominations équilibrées sur les emplois supérieurs et dirigeants de la fonction publique", seules trois des soixante collectivités territoriales de plus de 80.000 habitants ne sont pas parvenues à respecter la loi en 2016 : la région Grand Est, l'agglomération de Compiègne et la ville de Cherbourg. Les ministères de la Justice et des Armées ont également été sanctionnés.

Si elle n'est pas un exemple dans l'administration, la grande région ne l'est pas non plus pour les élus. Il y a bien sept femmes vice-présidentes pour huit hommes, de toute façon la parité à ce poste est obligatoire. En revanche, sur la présidence de commission, on tombe à cinq femmes pour huit hommes. "Mais sur les 175 cadres de la région Grand Est, la parité est strictement respecté", souligne Alexandre Cassaro.

Interpellation socialiste

L'opposition socialiste dénonce un manque de volonté politique. Anne-Pernelle Richardot, conseillère régionale socialiste compte interpeller la président Jean Rottner sur le sujet ce vendredi 26 janvier lors de la réunion de la commission permanente de la région Grand Est qui se tient à Strasbourg.

Réécoutez l'interview d'Alexandre Cassaro, conseiller régional Grand Est (LR) et délégué à l'égalité hommes-femmes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess