Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

VIDÉO - Quand Max Levita vante "l'exceptionnel" mandat de Saurel à Montpellier, l'opposition s'échauffe

-
Par , France Bleu Hérault

Max Levita, bras droit de Philippe Saurel à Montpellier, a détaillé ce 15 janvier le "compte-rendu d'activité" du mandat. Les engagements ont été tenus dit-il, se défendant de préparer le terrain à une campagne de réélection. L'opposition monte au créneau pour dénoncer le bilan du "déclassement".

Max Levita, face à la presse ce mercredi 15 janvier, pour présenter le compte rendu d'activité du mandat de Philippe Saurel
Max Levita, face à la presse ce mercredi 15 janvier, pour présenter le compte rendu d'activité du mandat de Philippe Saurel © Radio France - Marie Ciavatti

Montpellier, France

Il présente ça comme un "exercice de transparence démocratique", une manière de rendre compte des six années du mandat Saurel. Ce mercredi 15 janvier, Max Levita premier adjoint au maire de Montpellier, a détaillé à la presse les engagements tenus de la "Liste citoyenne, divers gauche et écologiste" élue en 2014.  "Mandat exceptionnel" selon lui, mais dont le maire en convalescence depuis son opération du genou au début du mois, ne pouvait assurer le service après vente. Son équipe s'en est chargé pour lui.

Bilan sans nuance

En 2014, "on a proposé un contrat aux habitants. Notre démarche se voulait citoyenne avec une candidature en dehors des partis. Aujourd'hui on rend des comptes, se justifie Max Levita. C'est l'argent des contribuables. 6.5 milliards d'euros en 6 ans, c'est pas une paille !  Qu'est ce qu'on en a fait ?". Alors il énumère les mesures : fiscalité stable, baisse de 10% du prix de l'eau, 230 rues rénovées dans le centre ville, le recrutement de 50 policiers municipaux... "On est assez content, c'est vrai. On n'a pas le sentiment d'avoir fait de trop grosses erreurs, même si tout n'est pas parfait". 

Selon lui, les 15 engagements de campagne ont été tenus, et plus encore. Ce n'est pas un bilan, c'est un satisfecit. "Exceptionnel", P. Saurel avait d'ailleurs déjà lâché ce mot lors d'une interview juste avant son opération qui le tient éloigné de la scène politique. Eloigné, mais pas trop quand même. Dans les prochains jours, les Montpelliérains recevront dans leur boîte aux lettres un dépliant, avec son nom et sa photo, énumérant toutes les réalisations du mandat.  

Bilan de mandat ou réunion de campagne?

Préparer le terrain

Saurel n'est toujours pas officiellement candidat et maintient le suspens. Son bras droit, lui, ne cache pas son envie d'en découdre. "J'ai fait 6 mandats, ça fait beaucoup. Certains amis disent "Pffff il est encore là... Ma femme aussi... Je les comprends". Mais je pense pouvoir être utile." N'est-il pas là pour préparer le terrain à la campagne à venir du maire sortant? "Non. On me demande de présenter le bilan parce que je suis le plus vieux". Il confie tout de même qu'il aimerait le voir se représenter.

"Bilan exceptionnel de couacs et de retards"

L'opposition n'a pas tardé à réagir, dénonçant un bilan marqué par les "retards, bugs et couacs". En tête de la contestation, Julie Frêche, conseillère municipale d'opposition "La gauche pour Montpellier" et soutien du candidat Delafosse. "On peut retenir de sa mandature qu'il a fracturé l'intercommunalité en mettant au banc les communes les plus importantes de la métropole. Il a aussi accentué la congestion de la ville", dit-elle. Référence au retard pris par la ligne 5 du tram et au manque d'anticipation sur le prolongement de la ligne 1 jusqu'à la gare Sud de France. 

Le bilan Saurel est celui du "déclassement" , accuse-t-elle dans un communiqué de presse relayé sur twitter par le candidat socialiste :

Saleté, insécurité 

Dialogue social rompu, ville isolée des autres capitales régionales... Elle continue : "Montpellier est devenue une ville extrêmement sale. D'ailleurs Saurel a omis de manger un rat comme il avait promis de la faire si la ville ne devenait pas plus propre. Il faut parler aussi de l'insécurité : à l'époque il l'avait comparée à Chicago. Aujourd'hui les coups de feu réguliers dans certains quartiers lui donnent raison". 

Le bilan "exceptionnel" de Saurel, vu par son opposante Julie Frêche "La gauche pour Montpellier"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu