Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Que va faire Emmanuel Macron en Australie et en Nouvelle-Calédonie ?

lundi 30 avril 2018 à 22:18 - Mis à jour le mardi 1 mai 2018 à 8:48 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Emmanuel Macron débute ce mardi 1er mai une visite de deux jours en Australie. Le président de la République doit ensuite se rendre en Nouvelle-Calédonie, où un référendum sur l'indépendance est prévu dans six mois.

Emmanuel Macron en avril 2018.
Emmanuel Macron en avril 2018. © AFP - CHARLES PLATIAU

Emmanuel Macron atterrit ce mardi 1er mai en Australie pour une visite officielle de deux jours avant de se rendre dans la Nouvelle-Calédonie voisine. France Bleu fait le point sur les enjeux de ce déplacement.

Signature d'accords commerciaux

Au programme de sa visite à Canberra : la coopération entre les deux pays en matière de défense, de climat mais aussi de gastronomie. 

La signature d'une quinzaine d'accords commerciaux et partenariats est prévue, concernant entre autres l'implantation des PME françaises en Australie, le développement des échanges entre universités, des coopérations dans le secteur de la santé sur des sujets où l'Australie est "très en pointe" (tabagisme, cancer de l'utérus) et, dans le domaine culturel, l'établissement de résidences d'artistes. 

Le projet de traité de libre- échange entre l’Australie et l'Union européenne est aussi au menu des discussions avec le Premier ministre Malcolm Turnbull.

"Préparer la paix et l'avenir" en Nouvelle-Calédonie

L'Australie est la première étape de la tournée du chef de l’État dans la région. Emmanuel Macron doit ensuite passer trois jours en Nouvelle-Calédonie où un référendum sur l'indépendance est prévu le 4 novembre prochain. Il prévoit notamment de se rendre à Ouvéa, une première pour un président français depuis 30 ans et l'assaut meurtrier contre la grotte où des indépendantistes retenaient des gendarmes en otages.

S'il n'a pas prévu de se rendre à la grotte elle-même, Emmanuel Macron effectuera sur l'île "trois gestes de mémoire et de recueillement" silencieux a indiqué l'Elysée. Une cérémonie est ainsi prévue devant la stèle commémorative de la gendarmerie de Fayaoué, théâtre le 22 avril 1988 de l'attaque d'un commando indépendantiste qui avait tué quatre gendarmes et pris 27 autres en otages.

Un moment de recueillement sera également observé à Wadrilla devant le monument des 19 militants kanaks tués (ainsi que deux militaires) lors de l'assaut de la grotte puis à l'endroit, à quelques mètres, où ont été assassinés par l'un des leurs, le 4 mai 1989, les deux leaders nationalistes Jean-Marie Tjibaou et Yeiwéné Yeiwéné.

La visite présidentielle divise sur l'île, les indépendantistes attendant plus que des gestes symboliques de la part du chef de l'Etat. Emmanuel Macron prévoit de prononcer un "grand discours" le 5 mai, date-anniversaire de l'accord de Nouméa de 1998, à l'origine de la décolonisation par étapes qui a ouvert la voie au référendum d'auto-détermination prévu dans six mois.