Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Qui est le nouveau préfet de police de Paris ?

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Didier Lallement sera officiellement nommé préfet de police de Paris ce mercredi lors du conseil des ministres. Ce haut fonctionnaire, qui dirigeait la préfecture de la région Nouvelle-Aquitaine, s'est fait remarquer par sa gestion très ferme du dossier brûlant des gilets jaunes.

Didier Lallement, 62 ans, a géré avec autorité les manifestations des gilets jaunes à Bordeaux.
Didier Lallement, 62 ans, a géré avec autorité les manifestations des gilets jaunes à Bordeaux. © Maxppp - Laurent Theillet

Paris, Île-de-France, France

Un homme à poigne, au caractère bien trempé et aux méthodes musclées. C'est la réputation de Didier Lallement, 62 ans, qui s'installera ce mercredi rue de Lutèce, au siège de la préfecture de police de Paris. Le nouvel homme fort de la capitale, à la tête de 42.000 fonctionnaires dont 21.000 policiers, présente une image aux antipodes de son prédécesseur Michel Delpuech, limogé deux jours après le saccage des Champs-Elysées pour sa politique de maintien de l'ordre jugée trop laxiste depuis le début de la crise des gilets jaunes, et accessoirement pour sa déloyauté envers l'Elysée lors de l'affaire Benalla.

Fermeté et intransigeance

"Le préfet Lallement est un homme ferme, assez tranchant, qui n'a pas de mal à assumer une certaine forme d'impopularité" a reconnu Edouard Philippe, le Premier Ministre, ce mardi à la réunion de groupe des députés LREM.

Né à Lyon, ce diplômé de l'Institut supérieur de gestion (ISG) a entamé sa carrière en Seine-Saint-Denis, à la mairie d'Epinay-sur-Seine. Passé notamment par la préfecture de l'Essonne dont il fut directeur de cabinet en 1990, le haut fonctionnaire alterne depuis trente ans les postes dans la préfectorale et les cabinets ministériels. Jusqu'à son arrivée à la préfecture de Gironde et de la région Nouvelle-Aquitaine en novembre 2017. Didier Lallement se distingue vite par sa fermeté et son intransigeance sur la plupart des dossiers. Pour l'exécutif, il a surtout réussi ces derniers mois à contenir les débordements hebdomadaires des cortèges de gilets jaunes à Bordeaux.

Dommages collatéraux

Confrontées à de vives tensions dans la cité girondine, l'un des bastions du mouvement, les forces de l'ordre sont parvenues chaque samedi à disperser un peu plus vite les fauteurs de trouble par une stratégie offensive, qui n'a pas été exempte de dommages collatéraux. 

Le 12 janvier à Bordeaux, un pompier volontaire qui manifestait est tombé dans le coma après avoir reçu un tir de LBD au visage. Début mars, c'est un député France Insoumise de Gironde qui a demandé la démission du préfet : il aurait été matraqué par la police. Didier Lallement avait alors apporté son "soutien total" aux forces de l'ordre. Plusieurs photographes de presse ont aussi été brutalisés par des policiers lors des manifestations des gilets jaunes. Et pas plus tard que samedi dernier, des Bordelais se sont plaints d'avoir été aspergés de gaz lacrymogènes alors qu'ils pique-niquaient avec leurs enfants.

Une "nouvelle dynamique"

Malgré ces incidents, la compétence de Didier Lallement et son sang-froid en temps de crise sont largement salués. Les syndicats de police, qui l'ont côtoyé lors de son passage au ministère de l'Intérieur (2012-2014), sont convaincus qu'il insufflera une "nouvelle dynamique" pour la "PP". Le préfet Lallement va devoir remettre en ordre -et aux ordres- la puissante institution parisienne, souvent décrite comme "un Etat dans l'Etat".

Didier Lallement a débuté sa carrière à la mairie d'Epinay-sur-Seine (93) en 1982. - AFP
Didier Lallement a débuté sa carrière à la mairie d'Epinay-sur-Seine (93) en 1982. © AFP - Mehdi Fedouach