Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Qui est Ludovic Fagaut, le nouveau chef de file de l'opposition municipale à Besançon ?

-
Par , France Bleu Besançon

Ludovic Fagaut devient le nouveau chef de file de l'oppisition à la mairie de Besançon, après sa deuxième place au second tour des élections municipales, ce dimanche. Âgé de 41 ans, le candidat Les Républicains a failli l'emporter. Portrait.

Ludovic Fagaut, en juin 2020 à Besançon.
Ludovic Fagaut, en juin 2020 à Besançon. © Radio France - Marie-Coralie Fournier

Ludovic Fagaut devient le nouveau chef de file de l'opposition de la municipalité à Besançon, après le second tour des élections municipales, ce dimanche. Sa liste de droite récolte 41,61% des suffrages, seulement 566 voix le séparent de la gagnante Anne Vignot. Âgé de 41 ans, marié et père de famille, il tient désormais à peser dans la vie municipale. Qui est-il et comment en est-il arrivé là ?

Un attaquant, en foot comme en politique

Passionné de football, Ludovic Fagaut est dans la vie politique comme sur un terrain de sport : un attaquant. Offensif, déterminé, compétiteur, "il est ambitieux, il a envie de gagner" confient plusieurs de ses proches, "avec un tempérament bien trempé" ajoutent certains. Ludovic Fagaut commence le football à l'âge de 5 ans, évolue dans plusieurs clubs et fait même partie de l'équipe de France de foot en salle entre 1998 et 2000. 

Le sport, il en fait son métier : professeur d'Education physique et sportive (EPS), il passe ensuite le concours de chef d'établissement. Il devient principal adjoint du collège de Saône en 2009 puis principal des collèges de Sancey-le-Grand et Pierrefontaine-les-Varans (en réseau) en 2013 avant de prendre la direction du collège de Pouilley-les-Vignes, où il exerce toujours. "En trois ans, il est passé de prof de sport à chef d'établissement" fait remarquer un de ses proches, qui le décrit comme "un fonçeur, qui sait où il va". En politique, il y va pas après pas.

Militant depuis le lycée

Ses premiers pas se font auprès de ses parents, à Montbarrey (Jura). Il est fils unique, son père et sa mère, employés, sont des militants gaullistes engagés : "On partageait, on échangeait beaucoup" confie Ludovic Fagaut. En 1995, il est lycéen à Dole et prend à cœur un projet collectif : organiser l'élection présidentielle comme si elle se tenait dans le lycée. Un déclic. Il décide ensuite de "continuer la démarche", s'intéresse à la vie politique doloise derrière le maire centriste Gilbert Barbier. 

Il franchit un pas de plus quand il s'installe à Besançon en 1996 pour ses études : il prend sa carte au RPR et devient militant. "J'ai pris des responsabilités, affirmé ma personnalité et mon envie. J'ai confronté des idées" se souvient-il. A la fac, il est repéré par un de ses professeurs, Jacques Grosperrin. L'actuel sénateur LR du Doubs le prend sous son aile. Sans parler de mentor, l'élève reste loyal et décrit son ancien prof comme un guide en politique.

Première candidature en 2008

Ludovic Fagaut est candidat pour la première fois en 2008, aux élections municipales à Besançon, sur la liste UMP de Jean Rosselot. Il franchit un nouveau pas en 2014, quand il est élu conseiller municipal à Besançon, sur la liste UMP de Jacques Grosperrin. En 2015, il est élu conseiller départemental du Doubs et devient vice-président du Département, en charge du sport, de la culture et de la citoyenneté. 

"Ludo, je l'appelle "petit" car je l'ai connu tout jeune" sourit la présidente Christine Bouquin "mais il a grande une maturité. Il a fait sa place, sans brûler les étapes". En 2017, il perd les élections législatives dans le Doubs face au candidat LREM Eric Alauzet. En bon attaquant, il est mauvais perdant : "La défaite ne fait pas partie de mon vocabulaire. Ça n'a pas été facile à accepter mais il faut repartir rapidement pour le match suivant" confie Ludovic Fagaut.

La caricature du "mec de droite" ?

Et justement : à l'automne 2019, la droite le désigne comme tête de liste aux élections municipales de Besançon. "La transmission s'est faite d'homme à homme, comme d'un père à son fils" raconte Jacques Grosperrin, son prédécesseur. Ludovic Fagaut joue la carte de l'ouverture et va chercher des colistiers de quartiers et d'horizons différents, tout en gardant à ses côtés les ténors de la droite locale, comme Jacques Grosperrin et Michel Vienet. "Quand on le voit pour la première fois, il peut donner l'impression de la caricature d'un mec de droite" remarque un membre son entourage, notant son côté "propre sur lui". "Il est réglo, carré, exigeant avec lui-même et avec les autres". Mais il garde en tête le collectif, comme au foot : "Il met en réseau, en relations, écoute et recueille les différents avis avant de trancher". Pour Christine Bouquin, qui l'a porté en politique, "il a le profil d'un leader. C'est un meneur." 

Soutien de Nicolas Sarkozy et François Fillon

Fervent défenseur de Nicolas Sarkozy, il reste dans cette lignée de la droite française et apporte son parrainage à François Fillon pour l'élection présidentielle de 2017. Un soutien qui lui colle à la peau. Comme celui apporté ensuite à Laurent Wauquiez ou à la Manif pour tous en 2013, contre le mariage homosexuel. "Il l'a fait par loyauté pour sa famille politique" tempère Jacques Grosperrin. Pour le sénateur, son poulain a "beaucoup évolué" pour se situer désormais derrière François Baroin. N'empêche, il aime l'autorité.  "Il est habile politiquement avec la fermeté de ses convictions" note la députée LR du Doubs Annie Genevard. Mais pour ses rivaux, "il est l'incarnation de la droite dure, la droite traditionnelle, très managériale" critique Claire Arnoux (France Insoumise), qui s'est présentée face à lui en 2017 et 2020. "Il a tendance à mettre les autres dans des cases et à quitter le débat d'idées."

Une opposition forte et résolue

Ses défauts ? "Il est nerveux" raconte un copain, qui pousse la comparaison avec le football. "J'aime bien quand ça va vite et bien" reconnaît Ludovic Fagaut. Du coup, il ne lâche rien, "au risque d'être parfois individualiste, de tirer la couverture à lui" glisse un de ses adversaires de foot. Une nervosité qui ressort dans les débats pour les élections municipales. Offensif, Ludovic Fagaut sait donner les coups.

Mais il a rallié à sa cause plusieurs soutiens issus notamment du camp adverse de La République en Marche. Présenté par la droite comme celui qui incarne la jeunesse, le renouvellement et l'ouverture, il ne laisse pas la place au doute. Et a vécu l'ascenseur émotionnel dimanche soir au moment des résultats... voyant la victoire lui filer entre les doigts, à 566 voix près. "Il fait désormais partie des figures de droite du Doubs" rassurent ses proches, comme pour atténuer le coup.

En leader de l'opposition municipale, Ludovic Fagaut promet d'être vigilant, de compter et de peser dans la vie municipale bisontine. Il annonce une opposition forte, présente et résolue. Juste le temps d'encaisser la défaite.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu