Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Qui est Richard Ferrand, le nouveau président de l'Assemblée nationale ?

mercredi 12 septembre 2018 à 18:29 Par Viviane Le Guen et Mikaël Roparz, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

Sans surprise, Richard Ferrand a été élu président de l'Assemblée nationale ce mercredi. Portrait de ce parlementaire, élu du Finistère, encore méconnu il y a deux ans et désormais quatrième personnage de l'Etat.

 Richard Ferrand, président du groupe LREM dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, le 31 août 2018.
Richard Ferrand, président du groupe LREM dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, le 31 août 2018. © Maxppp - Leon Tanguy

Choisi, lundi, pour être le candidat de la majorité au perchoir de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand a été élu président de l'Assemblée nationale ce mercredi avec 254 voix sur 484 (52,4 % des suffrages exprimés).

Homme de confiance d'Emmanuel Macron

Il est "récompensé pour sa totale soumission au président Emmanuel Macron" a estimé Guillaume Larrivé, secrétaire général délégué des Républicains sur franceinfo. 

Homme de confiance du président de la République, le député du Finistère fut l'un des premiers à rallier Emmanuel Macron après 37 ans passés au parti socialiste. Son premier mandat est conseiller général du Finistère, en 1998. Il y est réélu jusqu'en 2011. Il a également tenté sans succès l'élection à la mairie de Carhaix, où il a été battu par Christian Troadec. Les deux hommes entretiennent une longue inimitié. 

Conseiller régional de Bretagne depuis 2010, puis député en 2012, il fait la connaissance de celui qui est encore ministre de l'Economie en 2015, comme rapporteur de la loi Macron.

Séduit, il est le premier parlementaire à rejoindre le créateur d’En Marche!, mouvement dont il devient très vite le secrétaire général, en 2016. Lorsqu'il faut choisir un leader au groupe inexpérimenté de quelques 300 députés pour voter les réformes du nouveau président, en 2017, son nom s'impose naturellement. Même chose après le départ du Perchoir pour le ministère de la Transition écologique de François de Rugy.

Il ne quittera pas le Perchoir s'il est mis en examen

Fidèle parmi les fidèles, Richard Ferrand a su conserver la confiance d'Emmanuel Macron en dépit de ses ennuis judiciaires. Originaire de l'Aveyron, fils d'un artisan du bâtiment et d'une employée de commerce, le député de 56 ans installé en Bretagne depuis le début des années 90 est en effet toujours sous le coup d'une information judiciaire pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne, dont il fut le directeur général de 1998 à 2012.

Une première enquête a été classée sans suite. Richard Ferrand y a toutefois laissé son poste de ministre de la Cohésion des territoires en juin 2017. Le dossier, relancé par une plainte de l’association Anticor, est actuellement en instance au tribunal de Lille. Qu'adviendra-t-il s'il est mis en examen ? Dans une interview accordée à Libération, le nouveau président de l'Assemblée nationale a laissé entendre qu'il ne démissionnerait pas. "Une décision procédurale n'a pas vocation à décider de l'exercice d'un mandat parlementaire" selon lui.