Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Qui sont ces élus bretons qui ont signé une tribune de soutien à Emmanuel Macron ?

Une douzaine d'élus bretons ont signé la tribune du JDD pour dire leur soutien au Président de la République. Après la débâcle des Républicains aux Européennes, et le départ de Laurent Wauquiez, ils entendent ainsi lutter contre "les extrêmes".

François Goulard explique soutenir Emmanuel Macron pour faire rempart aux extrêmes.
François Goulard explique soutenir Emmanuel Macron pour faire rempart aux extrêmes. © Maxppp - François Destoc

Vannes - France

Des élus de la droite et du centre prennent leur distance avec les Républicains, après les mauvais résultats des Européennes et la démission de Laurent Wauquier. Ils signent une tribune, dans le JDD, pour dire leur soutien au Chef de l'Etat. "Le temps n'est plus aux querelles de chapelles ou aux écuries présidentielles qui spéculent sur 2022. Le temps ne peut pas être à l'opposition systématique qui in fine alimente les extrêmes", peut-on lire dans le texte qu'ils signent dans le JDD.

Ils expliquent : "Nous sommes de ceux qui souhaitent la réussite impérative de la France, c'est pourquoi nous voulons la réussite du président de la République et du gouvernement car rien ne se construira sur leur échec".

Douze élus Bretons

Parmi les signataires de ce texte, on trouve 12 Bretons, la plupart Morbihannais. Ainsi, le maire de Vannes, David Robo, cosigne ce texte avec Jean-Luc Bléher (Guer), Yves Bleuven (Grand-Champ), Gwenn Le Nay (Plouay), Olivier Lepick (Carnac), Ronan Loas (Ploemeur).

Sur France Info, François Goulard, le Président du Conseil départemental du Morbihan, qui fait parti des 72 signataires, assume son soutien au gouvernement : "Nous faisons un constat, c'est que les réformes engagées par ce gouvernement vont dans l'ensemble dans le bon sens. Nous ne sommes pas forcément d'accord avec tout, mais il y a à venir des réformes qui sont importantes. Je pense aux retraites, je pense à l'assurance chômage... Il est nécessaire pour notre pays que le gouvernement réussisse. La conjoncture politique a changé".

"Il faut que le gouvernement réussisse car la seule alternative serait le Rassemblement national" - François Goulard

Le Morbihannais est lucide sur le poids de son parti : "Les Républicains ne représentent qu'une toute petite partie de l'opinion, il est difficile dans ces conditions de prétendre être une alternative ou un parti de gouvernement. Par honnêteté intellectuelle, nous disons que globalement nous sommes d'accord avec le gouvernement et que nous le soutenons. Il faut qu'il réussisse. Il serait dramatique qu'il échoue, tout simplement parce-que la seule alternative serait le Rassemblement national, et ça ce serait une catastrophe pour notre pays".

Le maire de Vannes a lui aussi fait le choix de rejoindre le parti de la majorité. Selon David Robo, tous les maires doivent faire bloc derrière le gouvernement. "On doit marcher main dans la main pour continuer à compter dans l'Europe et dans le monde. Qui voudrait l'échec de ce gouvernement ? La réussite de la France c'est aussi la réussite de nos territoires" estime l'élu morbihannais.

En Ille-et-Vilaine, Claude Renoult (Saint-Malo), Pierre Breteau (Saint-Grégoire) et Teddy Regnier (Chateaubourg) partagent ce point de vue, ils ont également participé à la tribune. Tout comme les Finistèriens Ludovic Jolivet (Quimper) et Gérard Daniélou (Cléder).

Le maire UDI de Chateaubourg, Teddy Regnier, s'était déjà rapproché de la République en Marche. Désormais il saute le pas pour selon lui faire bloc face au Rassemblement national : "Aujourd'hui l'alternative à Emmanuel Macron c'est qui ? Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et la droite de Wauquiez. Ce n'est pas ma tasse de thé. Les maires doivent s'engager à la veille d'un nouvel acte de décentralisation." explique-t-il.

Du côté du maire de Saint-Grégoire Pierre Breteau, si beaucoup d'élus bretons ont répondu favorablement à l'appel et ont signé la tribune, "c'est parce que le président de la République, à l'issu du Grand Débat, à repris directement des propositions des maires bretons". "Quand on est force de propositions nous pouvons dépasser les clivages pour faire avancer notre pays " précise l'élu centriste.