Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Football - Rachat des Girondins : à Bordeaux, l’opposition s'inquiète

dimanche 29 juillet 2018 à 7:05 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

Alors que le futur rachat des Girondins de Bordeaux a été confirmé vendredi, les élus de l’opposition s'inquiètent autour du loyer du Matmut Atlantique. Si les 3,8 millions par an devraient bien être payés par les nouveaux propriétaires, ce sont les garanties qui leur posent question.

C'est le loyer du Matmut Atlantique qui inquiète certains élus.
C'est le loyer du Matmut Atlantique qui inquiète certains élus. © Maxppp - Maxppp

"Le problème, c'est qu'en cas de souci, M6, on savait où les trouver, s'inquiète, Matthieu Rouveyre, élu d'opposition socialiste à la mairie de Bordeaux. Là, avec ce consortium américain, c'est moins certain". 

L'inquiétude de Matthieu Rouveyre, c'est que GAPC, le futur propriétaire des Girondins de Bordeaux, ne soit pas en mesure de garantir le paiement du loyer. C'est en effet lui qui va reprendre le contrat de location du stade. Il devra donc verser 3,8 millions d'euros par an, pendant 30 ans, à la société SBA (Stade Bordeaux Atlantique), l'exploitant du Matmut Atlantique

Sauf qu'en cas de défaillance du propriétaire, c'est Bordeaux Métropole qui devra verser ce loyer à SBA. Une situation qui inquiète donc Matthieu Rouveyre, qui dit "ne pas connaître les garanties" du consortium américain. "On peut comprendre qu'il n'y ait pas eu beaucoup de communication autour de cette vente, cela fait partie du secret des affaires, poursuit-il. Mais j'espère que GACP apporte toutes les garanties". 

Matthieu Rouveyre est de nouveau offensif sur le sujet du Matmut Atlantique. - Radio France
Matthieu Rouveyre est de nouveau offensif sur le sujet du Matmut Atlantique. © Radio France

Des inquiétudes partagées par l'élu écologiste Pierre Hurmic : "c'est à nous d'être extrêmement vigilants, pour que le nouvel investisseur paie bien son loyer à la Métropole. Il a l'air assez solide, mais c'est tout de même un engagement sur 30 ans."

Une erreur de ne pas vendre le stade, dit l'opposition 

Selon les rumeurs, GACP, qui sera officiellement propriétaire des Girondins début octobre, aurait souhaité, au début des négocations, racheter le Matmut Atantique. Une opportunité qu'il fallait saisir pour Matthieu Rouveyre : "ce stade n'est pas une bonne affaire pour les finances des collectivités. Dans le pire scénario, nous sommes perdants, en supportant le loyer. Et dans le meilleur, en cas de bons résultats et affluences, la Ville ne toucherait que peu d'argent, via un intéressement sur les résultats de SBA. Il fallait en profiter pour le vendre !"

Bordeaux Métropole, de son côté, assure dans un communiqué, diffusé vendredi, qu'elle " a simplement vérifié que ses intérêts étaient préservés, à savoir le maintien par le repreneur et sa maison mère de la garantie sur le versement des loyers par le club, dans les mêmes conditions que celles du contrat initialement signé avec M6". Et renvoie tout le monde au 28 septembre. C'est à cette date que l'offre de GACP devrait être votée par le conseil de Bordeaux Métropole, officialisant définitivement le rachat des Girondins de Bordeaux.