Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Rachat des Girondins de Bordeaux : Alain Juppé n'a "aucune raison de remettre en question l'honnêteté du repreneur"

vendredi 14 septembre 2018 à 15:54 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde et France Bleu

Lors de sa conférence de presse de rentrée, le maire de Bordeaux et président de la Métropole est revenu sur sa rencontre la veille avec Joseph Da Grosa, le président de GACP. Il a confirmé que le repreneur apportait toutes les garanties réclamées, et répondu à ceux qui parlent d'"argent sale".

Alain Juppé, au pupitre lors de la conférence de presse de rentrée
Alain Juppé, au pupitre lors de la conférence de presse de rentrée © Maxppp - Thierry David- Sud-Ouest

Bordeaux, France

Une heure et quart face à la presse, avec à sa droite, les élus de la majorité municipale, et à sa gauche, plusieurs maires de l'agglomération : Alain Juppé a fait un vaste tour d'horizons des dossiers en cours, lors de sa conférence de presse de rentrée ce vendredi matin à l'hôtel de Bordeaux Métropole, quartier Mériadeck, à Bordeaux.  

Le maire de Bordeaux et président de la Métropole est notamment revenu sur sa rencontre jeudi avec Joseph DaGrosa, le patron de GACP, le fonds d'investissement américain candidat à la reprise des Girondins de Bordeaux. Alain Juppé a confirmé qu'il avait obtenu les garanties qu'il demandait, "les mêmes que nous avions obtenues de M6, à savoir que le nouvel actionnaire fasse en sorte que le club puisse nous payer, quoi qu'il arrive, les sommes qu'il nous doit (le loyer, la participation l'entretien de la pelouse, et la part du chiffre d'affaire qu'il réalise sur le stade)". 

Ça a été un peu long et difficile, mais nous avons obtenu ces garanties. — Alain Juppé 

"Pas de raison de remettre en question l'honnêteté du repreneur" Alain Juppé

Le maire de Bordeaux a aussi répondu aux accusations portées par certain, alors que les UltraMarines ont encore déployé des banderoles ce vendredi matin à travers la ville pour s'opposer à cette reprise. "J'ai observé que depuis quelques années, ils sont assez portés à la grogne. _Argent sale ? Je leur laisse la  responsabilité de cette affirmation_. Si toutes les sociétés immatriculées à Luxembourg manipulaient de l'argent sale, ça se saurait, et ça aurait des conséquences économiques dramatiques. Moi, je n'ai aucune raison de remettre en question l'honnêteté du repreneur." Alain Juppé a parlé d'une "chance pour le club". "Un point dont on parle peu : aujourd'hui, le club a 60 millions d'euros de dettes vis-à-vis de M6. A l'occasion de cette reprise, la dette est effacée. Pour la solidité de ses activités futures, c'est un point très positif". Le choix du nouvel actionnaire sera soumis au vote des élus de Bordeaux Métropole le 28 septembre.

Stationnement payant et véloroute

Mais l'essentiel de cette conférence de presse a été consacrée à la mobilité et aux transports, "qui restent nos priorités numéro un", a insisté le président de la métropole. Alain Juppé a annoncé un moratoire sur l'extension du stationnement payant à Bordeaux. "Nous avons commis une erreur en début d'année, en étendant le stationnement payant à un quartier tout entier, en l'occurrence Saint Augustin, au moment même où nous changions le système de contrôle. Or, nous sommes passés de 50 à 95% de paiement. Et c'est l'addition des deux qui a posé problème." D'où ce moratoire, explique le maire, sauf, insiste-t-il, "si les riverains nous demandent d'installer le stationnement payant". Il a également promis un peu plus de souplesse dans l'attribution des macarons, avec "de nouvelles mesures annoncées d'ici la fin de l'année". 

"Statu-quo, sauf si les riverains le demandent" Alain Juppé

Alain Juppé face aux journalistes  - Maxppp
Alain Juppé face aux journalistes © Maxppp - Thierry David- Sud-Ouest

Alain Juppé est allé récemment avec d'autres maires de la Métropole en voyage à Amsterdam, puis à Copenhague, d'où il a ramené quelques idées pour développer l'usage du vélo. "A Copenhague, il y a des gens qui font 10 à 15 kilomètres de vélo chaque matin pour aller travailler. Ils ont pour cela des routes larges, sécurisées, éclairées qui les conduisent en centre-ville, et je voudrais tenter cette expérience à Bordeaux". "Nous avons déjà fait beaucoup pour le vélo, mais il faut encore aller de l'avant, et si l'Etat veut nous aider, je suis candidat", a ajouté le maire, alors que le gouvernement a présenté justement ce vendredi son plan Vélo. 

"pour développer le vélo, des pistes larges et sécurisées" Alain Juppé

Enfin, le maire de Bordeaux n'a pas échappé la traditionnelle question sur une nouvelle candidature aux municipales de 2020. "Je l'ai déjà répété moultes fois : pour la réponse, je vous donne rendez-vous à l'été 2019. Pourquoi cette date ? Parce que ça laisse une année à tous ceux qui voudront être candidat pour faire campagne, donc c'est tout à fait généreux."

Ce qui m'intéresse pour l'instant, c'est travailler. Le reste viendra en son temps. - Alain Juppé 

"Moi candidat ? Réponse à l'été 2019" Alain Juppé