Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Raphaël Beth (DAL 38) : "A l'échelle du département, 12 000 personnes vivent dans des logements insalubres"

vendredi 9 novembre 2018 à 10:42 Par Margaux Sieffert et Nicolas Crozel, France Bleu Isère

Après l’effondrement de deux immeubles à Marseille, la question de l’insalubrité des habitats est posée dans de nombreuses villes de France. Pour Raphaël Beth, de l’association Droit au Logement 38 (DAL 38), il y a urgence à régler le probleme.

Photo d'Illustration d'un logement insalubre
Photo d'Illustration d'un logement insalubre © Maxppp - La Voix du Nord

Grenoble, France

A Marseille comme partout en France, les logements insalubres se multiplient. "Il faut aller les voir pour y croire", raconte Raphaël Beth. "Ils sont humides, les parties communes sont sales, il y a des fissures, des insectes, des rats... Je ne le souhaite à personne", complète-t-il citant en exemple le quartier de Chamberton à Saint Martin d'Hères .

"A l'échelle du département, la Fondation Abbé Pierre signalait 12 000 personnes qui vivent dans des logements insalubres". De quoi alerter l'association Droit au logement en Isère (DAL 38) : "C'est impossible, pour n'importe quel être humain, de vivre dans des conditions aussi dégradées". 

Dix ans après la loi Dalo

Et il faut dire que dix ans après la loi Dalo initiée par Nicolas Sarkozy alors président de la république et promettant un logement pour tous, rien n'a vraiment changé. "Le critère pour accéder au logement est l'insalubrité. Les habitants peuvent ainsi déposer un recours pour en obtenir un autre. Mais la commission de l'Isère ne fait pas son travail et refuse de reloger ceux qui vivent dans des taudis", explique Raphaël Beth. 

Le hashtag #BalanceTonTaudis, qui incite les citoyens à faire part de leurs expériences sur Twitter, est donc le bienvenu. "Cette tendance est une très bonne idée pour inciter les pouvoirs publics à s'occuper de ce problème majeur", avance-t-il. 

Mais il est aussi et surtout temps d'agir concrètement. Pour cela, l'association DAL 38 se porte candidate aux élections de représentants des locataires. "On était déjà sous les fenêtres des bailleurs, mais là, on sera sous leurs bureaux. On pourra donc entrer directement en contact avec eux et être plus efficaces par la suite", conclu M. Beth.