Politique

Rapprochement Jadot-Hamon : en Isère, les responsables EELV satisfaits

Par Alexandre Berthaud, France Bleu Isère dimanche 26 février 2017 à 15:31

Benoit Hamon et Yannick Jadot : le second a décidé de se retirer et de rejoindre la candidature du premier à la présidentielle. © Maxppp - Johan Ben Azzouz/ Olivier Lejeune
Benoit Hamon et Yannick Jadot : le second a décidé de se retirer et de rejoindre la candidature du premier à la présidentielle. © Maxppp - Johan Ben Azzouz/ Olivier Lejeune

Les militants d'Europe Écologie Les Verts ont voté électroniquement, et ils ont choisi le rapprochement entre leur candidat, Yannick Jadot, et Benoit Hamon, à 79%. Dans la région grenobloise, un des territoires phares pour EELV, les réactions sont globalement positives.

C'était dans les petits papiers c'est désormais officiel : Yannick Jadot n'est plus candidat à l'élection présidentielle. Les militants EELV ont voté à 80% pour une alliance avec Benoit Hamon, candidat vainqueur de la primaire de la Belle Alliance Populaire. Pour Gaël Roustan, responsable des élections pour Europe Écologie Les Verts en Isère, ce n'est "qu'une première étape". Il a voté "Oui" au rapprochement, mais veut maintenant une candidature unique de la gauche, avec le retrait de Jean-Luc Mélenchon ou Benoit Hamon.

Une première étape

"On a voté pour avoir une discussion la plus large possible, incluant Jean-Luc Mélenchon, mais aussi des petites candidatures comme celle de Charlotte Marchandise, ou Pierre Larrouturou", indique Gaël Roustan. "C'est ce que veut dire ce vote, construire un mouvement capable de gagner, je suis plutôt satisfait du démarrage des discussions en Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon", ajoute-t-il, suite à la rencontre entre les deux hommes vendredi.

Participation "satisfaisante"

Concernant la participation, le nombre de votants s'élève à 9433 selon le parti écologiste. Cela pourrait paraître faible, mais Gaël Roustan est lui satisfait : "la participation est extrêmement honorable et satisfaisante, d'autant plus que le résultat est sans ambiguïté". la participation est semblable à celle de la consultation ayant donné mandat à Yannick Jadot pour engager les discussions entre EELV, le PS et La France Insoumise. En tout, plus de 17 000 électeurs pouvaient choisir (ceux qui ont voté à la primaire EELV) : la participation s'établit donc à 55% environ.

Il faut des garanties

En Isère, même les plus réservés ont pourtant voté "Pour" cette alliance. C'est le cas d'Olivier Royer, ex-secrétaire départemental adjoint du parti, militant très actif, et ancien élu à la ville d'Echirolles.

On ne peut être que vigilants face aux trahisons qu'on a vécu depuis cinq ans

Le militant a notamment hésité, car Yannick Jadot avait déclaré dès jeudi soir, avant le vote, le retrait de sa candidature. Pas vraiment démocratique pour Olivier Royer. Mais ce qui reste le plus en travers de la gorge de l'ancien élu, c'est cet accord avec le PS, en 2012. "On avait signé, mais on n'avait pas de garanties, là il faut en demander, et rester vigilant. Mais le fait que l'on ait un accord directement avec le candidat, c'est mieux qu'avec le Parti Socialiste". Lui aussi, souhaite désormais le rassemblent avec Jean-Luc Mélenchon.

Une nouvelle campagne

Pour Danièle Falchier, secrétaire départementale d'EELV, ce n'est "pas facile de stopper la campagne, et ça n'a pas du être une décision simple pour lui (Jadot) non plus. Mais l'important ce n'est pas la personne et il faut faire campagne pour les idées et valeurs écologistes de Benoit Hamon, pour aller vers la victoire". L'élue, elle aussi, appelle à un rassemblement général à la gauche d'Emmanuel Macron.