Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"Je suis consterné quand on critique la justice" : Jean-Jacques Urvoas sur l'affaire Fillon

lundi 6 mars 2017 à 7:50 Par Romane Porcon et Aurélie Locquet, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Jean-Jacques Urvoas, ministre de la Justice, revient sur les critiques envers les magistrats, critiques souvent très vives dans le camp Fillon la semaine dernière. Le ministre, attendu à Strasbourg pour inaugurer le palais de justice, était l'invité ce lundi de France Bleu Alsace.

Le ministre de la justice, Jean-Jacques Urvoas était l'invité de France Bleu Alsace ce lundi
Le ministre de la justice, Jean-Jacques Urvoas était l'invité de France Bleu Alsace ce lundi © Maxppp -

Après le rassemblement organisé, ce dimanche, au Trocadéro, François Fillon maintient sa candidature. Un rassemblement qui pour certains était surtout une manifestation anti-juges. "Je ne pense pas qu'il puisse y avoir de République si on ne respecte pas la justice", a réagi Jean-Jacques Urvoas, le ministre de la Justice, invité ce lundi matin de France Bleu Alsace.

"Je suis consterné quand on critique la justice parce qu'il ne peut pas y avoir de République si on ne respecte pas la justice. C'est un élément essentiel de notre vie en commun. Dans notre histoire nous sommes devenus civilisés le jour où nous avons remplacé le lynchage et la barbarie par le procès. Il ne peut pas y avoir de fonctionnement démocratique si on ne respecte pas les magistrats."

Il y a un moment où la décence amène aussi à ne pas critiquer les institutions"

On peut critiquer la justice pour le ministre Jean-Jacques Urvoas, mais il y a des limites : "Un citoyen a le droit d'avoir des avis mais il y a un moment où la décence amène aussi ne pas séparer ou critiquer les institutions quand elles sont les piliers d'un fonctionnement collectif."