Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Réactions à la mort de Michel Durafour : un maire de Saint-Étienne "visionnaire" et un ministre "réformateur"

jeudi 27 juillet 2017 à 16:19 - Mis à jour le jeudi 27 juillet 2017 à 18:17 Par Tifany Antkowiak, France Bleu Saint-Étienne Loire

De nombreuses personnalités, locales et nationales, ont réagi à la mort jeudi de l'ancien maire de Saint-Étienne et ancien ministre Michel Durafour. Il s'est éteint à l'âge de 97 ans.

Michel Durafour en 1974, alors ministre du Travail.
Michel Durafour en 1974, alors ministre du Travail. © AFP -

L'annonce de la mort de Michel Durafour jeudi a déclenché une pluie d'hommages à l'ancien ministre et ancien maire de Saint-Étienne. Les élus et responsables politiques de la Loire mais aussi des personnalités nationales ont fait part de leur tristesse et salué l'action de celui qui a notamment marqué l'histoire politique en devenant un symbole de l'ouverture, en rejoignant en 1988 le gouvernement de Michel Rocard, après avoir été ministre des gouvernements de Raymond Barre et Jacques Chirac.

"Empreinte indélébile" à Saint-Étienne

Parmi les premières réactions politiques dans la Loire, celle du député LREM Jean-Michel Mis, qui déplore sur Twitter "une perte immense pour le pays et pour Saint-Étienne".

Pour l'actuel maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau, Michel Durafour est "quelqu'un qui a laissé une empreinte indélébile à l'histoire de Saint-Étienne, il est le fondateur de l'université de Saint-Étienne". "Si on est là aujourd'hui, c'est grâce à lui", ajoute le premier élu qui qualifie l'ancien maire et ministre de "visionnaire" à son époque.

Le sénateur LREM de la Loire et ancien maire de Saint-Étienne Maurice Vincent se souvient sur Twitter d'un "homme d'état mobilisé contre l'extrême droite et pour le progrès social".

Également ancien maire de Saint-Étienne, Michel Thiollière juge que "nous perdons aujourd'hui un homme d'État, un grand Stéphanois, un homme de culture" et, d'un point de vue plus personnel, il considère Michel Durafour comme "un repère politique".

Le député socialiste de la Loire Régis Juanico a également fait part de son "immense tristesse" sur le réseau social, en publiant une photo où il apparaît aux côtés de Michel Durafour en 2012, lors de la projection d'un film sur Aristide Briand à la cinémathèque de Saint-Étienne.

Le député LR de la Loire Dino Cinieri salue pour sa part le "parcours politique exceptionnel et d'une rare densité" de l'ancien élu local et ancien ministre, et note également qu'il était "un brillant romancier".

Réaction plutôt sur le ton de l'humour pour l'ancien député socialiste de la Loire Jean-Louis Gagnaire, qui, dans un communiqué, se souvient : "comme beaucoup d’étudiants dans les années soixante-dix, je l’ai bêtement combattu avant d’apprendre à le connaître et apprécier un homme politique exceptionnel".

Pour Gilles Artigues, premier adjoint au maire de Saint-Étienne et président de l'UDI dans la Loire, "notre pays perd un humaniste, centriste de l'UDF et réformateur qui a toujours placé l'intérêt général avant les postures partisanes". Au sujet du bilan de l'ancien maire de Saint-Étienne, Gilles Artigues se souvient d'un homme "qui a toujours défendu au niveau national sa ville". Il retient "de belles réalisations dans plusieurs quartiers comme Centre deux, Montreynaud ou Saint-Victor et des délocalisations comme l'Ecole Nationale de la Sécurité Sociale".

Le président LR du conseil départemental de la Loire Bernard Bonne a également réagi, faisant état dans un communiqué de sa "profonde tristesse" à la mort de Michel Durafour, qui parmi ses nombreux mandats locaux, a aussi été conseiller général. Pour Bernard Bonne, "c'est une figure politique les plus marquantes de la Loire qui disparaît après un parcours politique remarquable, toujours au service de l’intérêt général et de nos concitoyens".

L'émotion de Martine Aubry, qui a travaillé avec lui

Martine Aubry a fait part dans un communiqué de sa tristesse en apprenant la mort de celui avec qui elle a travaillé au ministère du Travail lorsqu'elle n'était que "jeune fonctionnaire". "Il portait une vision très juste des relations au travail", ajoute la maire de Lille, qui se souvient particulièrement de "la façon très humaine et très personnelle" que Michel Durafour avait de "regarder chaque dossier de licenciement défendu par un syndicat".

Les mots de Martine Aubry ont touché l'actuel président du Centre des monuments nationaux Philippe Bélaval, qui a été directeur de cabinet de Michel Durafour.

"Une vie d'engagements", pour le ministre Gérald Darmanin

L'un des premiers membres du gouvernement à réagir, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin (en charge de la Fonction publique, l'un des ministères occupés par Michel Durafour) a adressé sur Twitter ses condoléances aux proches de Michel Durafour, un ministre et élu qui "a mené une vie d'engagements'", ajoute-t-il.

La section CFTC des agents de l'état a tenu à rendre hommage sur Twitter à Michel Durafour, pour son action lorsqu'il avait en charge le portefeuille de la fonction publique.