Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : le sénateur mayennais Guillaume Chevrollier n'accorde pas sa confiance au gouvernement

-
Par , France Bleu Mayenne

Les sénateurs ont dit non au gouvernement, ce jeudi après-midi. Par 178 voix contre 130, ils n'ont pas accordé leur confiance au gouvernement. Le premier ministre, Jean Castex, suivant l'article 50-1 avait soumis la question de la gestion de la crise sanitaire, au vote des parlementaires.

Les sénateurs ont voté contre le reconfinement
Les sénateurs ont voté contre le reconfinement © Maxppp - .

Le Sénat a donc voté contre les mesures sanitaires proposées par le gouvernement, pour tenter de limiter l'épidémie de Covid. Par 178 voix contre 130 et 27 abstentions, ils ont refusé leur confiance au gouvernement. Le premier ministre avait sollicité le vote du Parlement. Les députés, eux, avaient, un peu plus tôt dans l'après-midi, accordé leur confiance. 

Le "non" du sénateur LR Guillaume Chevrollier

Parmi les sénateurs opposés aux propositions du gouvernement, le mayennais, LR, Guillaume Chevrollier. Pour lui " les mesures prises, lors de la première vague l'ont été dans l'improvisation et maintenant, nous sommes dans l'impréparation". Il estime que si le virus est bien présent, "nous devons apprendre à vivre avec" mais ne pas risquer de mettre en péril toute notre économie. S'il est d'accord pour donner les moyens au gouvernement de mettre en place les mesures sanitaires, il n'accorde pour autant pas sa confiance. 

Guillaume Chevrollier sénateur mayennais LR

Le gouvernement a fait appel à l'article 50-1 de la Constitution, pour permettre aux parlementaires de voter les mesures, sans courir le risque qu'un refus n'entraine sa démission. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess