Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Réforme constitutionnelle pour la Corse : diverses réactions après la réunion à Paris

mardi 13 mars 2018 à 20:18 Par Maxime Becmeur et Jérôme Susini, France Bleu RCFM

Diverses réactions après la présentation à Paris du projet du gouvernement sur la Corse. Du côté des groupes politiques de l'Assemblée de Corse, on attend un texte écrit sur les propositions du Premier ministre. Satisfaction du côté de l'opposition. Et déception chez les nationalistes.

Réactions en chaîne après la réunion entre le gouvernement et les dirigeants corses qui s'est tenue ce lundi 12 mars à Matignon.
Réactions en chaîne après la réunion entre le gouvernement et les dirigeants corses qui s'est tenue ce lundi 12 mars à Matignon. © Maxppp -

Corse, France

Le groupe de droite "Per l'Avvene", mené par Jean-Martin Mondoloni, considère que les propositions du gouvernement sont "raisonnables et audacieuses", faisant référence à l'annonce de la reconnaissance des spécificités corses. Dans un communiqué de presse, le groupe d'élus estime que "la venue des ministres durant ces prochains jours pourrait permettre d'avancer sur bien des sujets à droits constants."

Jean-Martin Mondoloni, président du groupe de droite "Per l'Avvene"

Pour sa part, le groupe "Andà per Dumane" de Jean-Charles Orsucci dit "faire confiance à la volonté du président de la République pour accorder à la Corse les moyens de son développement." Selon Catherine Riera, élue du groupe, "les avancées en terme de reconnaissance dans la Constitution sont notables."

Catherine Riera, élue du groupe "Andà Per Dumane" à l'Assemblée de Corse

En revanche, l'heure est toujours à la déception dans le camp nationaliste. Le groupe "Corsica Libera" constate que "l'on est loin de répondre aux attentes des Corses et de la majorité territoriale." Pour Petru Antone Tomasi, président du groupe indépendantiste, "il y a toujours autant de points d'inquiétude, notamment en ce qui concerne la nature des pouvoirs réglementaires et législatifs qui pourraient être conférés à l'Assemblée de Corse."

Petru Antone Tomasi, président du groupe "Corsica Libera" à l'Assemblée de Corse

Non représenté dans l'hémicycle territorial, le mouvement Core in Fronte de Paul-Félix Benedetti s'est également exprimé par voie de communiqué. "L'échec relatif à la rencontre entre le Premier ministre et les élus corses conforte l'opinion publique, insulaire en général et nationaliste en particulier, qu'il y a peu ou rien à attendre de l’État", écrivent les représentants de Core in Fronte.