Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Réforme de l'assurance chômage : à Saint-Étienne la CFDT dénonce une injustice sociale

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Ce mardi, des syndicalistes de la CFDT se sont réunis à la gare Saint-Étienne Châteaucreux pour dénoncer la réforme de l'assurance chômage. Ils dénoncent une réforme qui stigmatise les chômeurs. Une autre mobilisation est prévue ce mercredi matin au Clapier. Elle est organisée par la CGT.

Pour les syndicats la réforme de l'assurance chomage est injuste
Pour les syndicats la réforme de l'assurance chomage est injuste © Maxppp -

Saint-Étienne, France

La réforme de l'assurance chômage présentée par le gouvernement mardi 18 juin provoque la colère des syndicats : la CFDT, CFE-CGC, CFTC, Unsa et Fage  sont contre une réforme qu'ils qualifient d'injuste. Mardi 25 juin, des syndicalistes de la CFDT distribuaient des tracts devant la gare Saint-Étienne Châteaucreux pour expliquer qu'à travers cette réforme ce sont les chômeurs qui sont visés. 

Parmi les mesures très critiquées il y a notamment le durcissement des règles d'accès aux allocations chômage ou encore la modification des règles de calcul des allocations. Ces mesures sont défavorables aux chômeurs, expliquent les syndicats.

Personne ne veut être au chômage !" - Jean-Michel

À la sortie de son train, Aymeric prend l'un des tracts distribués par les syndicalistes de la CFDT, mais il est déjà convaincu que cette réforme n'arrive pas au bon moment : "si on était dans une période de croissance économique, je serais d'accord avec cette réforme, là pour l'instant il y a des régions où l'activité est en berne". Avec la nouvelle réforme, pour toucher des allocations chômage, il faut avoir travaillé six mois au cours des 24 derniers mois contre quatre sur 28 auparavant. 

Jean-Michel est énervé, d'après lui, le gouvernement stigmatise les chômeurs : "personne ne veut être au chômage parce que ça engendre des difficultés familiales et des problèmes relationnels. Quand ça fait 25 fois qu'un entretien d'embauche n'aboutit pas ce n'est pas facile à vivre". Bertrand n'est pas du tout d'accord, faire baisser les allocations de certains cadres après six mois au chômage, c'est une bonne chose pour lui. "Moi je pense que cette réforme va faire évoluer les choses, qu'on aide les gens c'est très bien, mais on n'a pas besoin de les assister pendant toutes ces années".

Économies sur le dos des chômeurs selon la CFDT

Sylvain Ostard est un syndicaliste de la CFDT, pour lui "la réforme stigmatise les chômeurs. C'est vraiment un problème de rentrer dans une réforme qui a pour feuille de route environ trois milliards d'économies et qui sont faits intégralement sur le dos des demandeurs d'emploi. Cette réforme elle va apporter un durcissement des règles d'accès à l'allocation chômage. Il faut vraiment rappeler que quand on est demandeur d'emploi ce n'est pas une situation choisie, ni voulue, ni satisfaisante. C'est vraiment important de les accompagner pour les ramener progressivement vers l'emploi". 

À Saint-Étienne, un rassemblement est prévu ce mercredi matin au Clapier à 10h30 devant la maison de l'emploi. Dans le même temps, à Paris, il y aura un conseil d'administration de l'UNEDIC; une délégation stéphanoise y sera pour manifester.