Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Réforme des retraites : c'est quoi concrètement cet "âge d'équilibre" évoqué par Édouard Philippe ?

-
Par , France Bleu

Dans son discours de politique générale mercredi, Édouard Philippe a évoqué la très attendue réforme de retraites. Il a réaffirmé que l'âge légal de départ resterait à 62 ans. Mais il a aussi parlé d'un nébuleux "âge d'équilibre". C'est quoi concrètement cet âge d'équilibre ?

En matière de retraite Edouard Philippe annonce qu'un "âge d'équilibre" sera défini en dessous duquel s'appliquera une décote et au-delà une surcote pour les pensions
En matière de retraite Edouard Philippe annonce qu'un "âge d'équilibre" sera défini en dessous duquel s'appliquera une décote et au-delà une surcote pour les pensions © AFP - Alain JOCARD

Alors qu'il obtenait mercredi une large confiance de l'Assemblée sur son programme pour "l'acte II du quinquennat", Edouard Philippe a introduit une nouvelle expression, "l'âge d'équilibre" de départ à la retraite.

Vers un taux plein à 64 ans ?

Le premier ministre réaffirme le maintient de l'âge légal à 62 ans. Mais un "âge d'équilibre" sera défini en dessous duquel s'appliquera une décote et au-delà une surcote pour les pensions. L'objectif est clair, il s'agit de nous inciter à travailler plus longtemps. 

Le haut commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, qui remet son rapport annuel ce mercredi, avait avancé en début d'année l'hypothèse d'une surcote à partir de 62 ans, mais l'hebdomadaire Challenges rapportait la semaine dernière que l'exécutif étudiait le scénario d'un "âge-pivot" à 64 ans avec un dispositif de "bonus-malus".

L'idée avait été lancée par Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse en avril dernier : "toucher sa retraite à taux plein en travaillant jusqu'à 64 ans". 

Le gouvernement "n'assume pas un report de l'âge légal"

C'est "l'hypocrisie la plus absolue", a réagi le numéro un du PS Olivier Faure dans les couloirs du Palais Bourbon.

Le député du Rassemblement National Sébastien Chenu réagit depuis l'Assemblée Nationale : "Personne n'a rien compris, on a juste compris qu'il faudrait travailler jusqu'à 64 ans pour partir avec une retraite à taux plein"

"On voit bien que le gouvernement avance masqué, qu'il ne veut pas dire la vérité aux Français, qu'il n'assume pas un report de l'âge légal de la retraite", a réagi mercredi soir sur franceinfo Damien Abad, le député LR de l’Ain.