Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Retraites des policiers : le gouvernement promet qu'il prendra en compte "la dangerosité" du métier

-
Par , France Bleu

Alors que les policiers sont mobilisés pour dénoncer leurs conditions de travail ce mercredi, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a promis que la "dangerosité" du métier de policier serait prise en compte dans la future réforme des retraites.

Christophe Castaner à la rencontre de policiers à Roubaix, le 13 mai 2019.
Christophe Castaner à la rencontre de policiers à Roubaix, le 13 mai 2019. © AFP - Sylvain Lefevre / Hans Lucas

Paris, France

Notamment inquiets pour la préservation de leur régime de retraite, les policiers sont mobilisés ce mercredi. Le ministre de l'Intérieur a cherché à les rassurer, en confirmant que leur régime serait bel et bien modifié, "comme pour tous les Français", mais que "la dangerosité de leur métier" sera prise en compte.

"Il faut faire la différence entre ceux qui sont dans un métier dangereux et l'ensemble des fonctionnaires du ministère de l'Intérieur qui ne sont pas confrontés aux mêmes réalités", a expliqué Christophe Castaner. "La dangerosité du métier, elle est liée au fait de devoir porter une arme, elle est liée au fait par exemple, quand vous êtes policiers de dire à votre enfant 'ne dis pas le métier que je fais'. C'est aussi ça dont il faut s'occuper", a-t-il ajouté.

Une rencontre annoncée avec Jean-Paul Delevoye

Concrètement, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'une rencontre serait organisée le 18 octobre avec le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye, "pour que nous puissions travailler pour reconnaître cette spécificité".

Aujourd'hui, les policiers bénéficient d'un système qui leur offre une annuité (quatre trimestres) de cotisation tous les cinq ans. Elle est plafonnée à cinq annuités. Pour être éligible à cette bonification, le fonctionnaire doit avoir exercé 27 ans. Selon les préconisations du rapport Delevoye, dans le futur système, seuls les agents exposés au danger pourront en bénéficier, ce qui exclut a priori les emplois de bureau.

Mobilisation rarissime des policiers

La mobilisation des policiers, ce 2 octobre, est inédite depuis près de 20 ans. Les policiers vont manifester à Paris pour une "marche de la colère" sur fond de réforme des retraites donc, mais également pour exprimer le malaise de l'institution et dénoncer la hausse des suicides. Les organisations syndicales qui ont réussi l'union sacrée tous corps et tous grades confondus, espèrent une mobilisation exceptionnelle de 15.000 à 20.000 manifestants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu