Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La réforme des retraites

Réforme des retraites : "les milliers d'amendements nous ont permis de soulever des lièvres", selon la LFI 21

-
Par , France Bleu Bourgogne

Une nouvelle journée d'actions en lien avec la réforme des retraites en ce mardi. Les syndicats appellent à manifester, pour dénoncer le recours au 49.3, à Dijon, Montbard, et partout en France. Arnaud Guvénatam (LFI 21) est notre invité pour en parler.

Arnaud Guvenatam, membre de la France Insoumise en Côte-d'or et candidat à la mairie de Dijon
Arnaud Guvenatam, membre de la France Insoumise en Côte-d'or et candidat à la mairie de Dijon © Radio France - Arnaud Racapé

Arnaud Guvenatam est membre de la France insoumise en Côte-d'or et tête de liste Dijon en Commun pour le scrutin des municipales. Et il s'oppose fermement à l'usage de l'article 49.3 par le gouvernement, pour accélérer le calendrier de la réforme des retraites. 

"La réforme des retraites, ça va conditionner la vie de dizaines de millions de personnes, sur toute la vie. Est-ce que franchement on est sérieux en disant qu'il va y avoir un travail parlementaire de quelques semaines, sur une réforme aussi importante ? Vous savez, _40.000 amendements_, c'est rien, parfois on a eu 140.000 amendements. Quel était le besoin impérieux de terminer ce débat avant les élections municipales ?"

Pour le candidat aux municipales des 15 et 22 mars prochains, ce "passage en force" est surtout destiné à dissimuler la faiblesse de la majorité. "En fait, la majorité est en train de s'effriter, il ne leur reste plus que neuf députés pour conserver la majorité. Les députés macronistes sont rincés, et si demain il y avait une dissolution de l'Assemblée, le macronisme ne serait plus majoritaire." 

"Des amendements pour un vrai débat sur la question des retraites."

Mais n'était-ce pas la volonté de la France insoumise, de multiplier les amendements pour bloquer le débat parlementaire et obliger le gouvernement à passer en force ? "C'était volontaire pour qu'enfin, après soixante jours de grève, un vrai débat s'installe sur la question de la réforme des retraites", nuance Arnaud Guvenatam. "Une vingtaine de milliers d'amendements ont été déposés qui nous ont permis de lever des lièvres, ce qu'a fait Jean-Luc Mélenchon. Il y a deux questions essentielles que les Français se posent : à quel âge je pars, et avec combien ? Or la majorité macronienne est incapable d'y répondre. ç'a été efficace dans le sens où ç'a permis de monter quelles étaient les réelles intentions de la majorité."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu