Politique

Réforme du code du travail : François Hollande adresse une mise en garde à Emmanuel Macron

Par Julien Baldacchino, France Bleu La Rochelle et France Bleu mardi 22 août 2017 à 20:45

François Hollande, ce mardi 22 août à Angoulême
François Hollande, ce mardi 22 août à Angoulême © Maxppp - Levain Céline / Sud Ouest / PhotoPQR

L'ancien président de la République est sorti mardi de la réserve qu'il observait depuis la fin de son mandat pour recommander à son successeur de ne pas demander "des sacrifices qui ne sont pas utiles" aux Français.

Au printemps, François Hollande avait déclaré que "s'exprimer sur son successeur trop tôt en bien ou en mal, est un peu décalé, inutile ou mal compris". L'ancien président de la République semble avoir décidé de mettre fin à sa période de réserve : ce mardi, à l'occasion d'une visite à Angoulême pour l'ouverture du festival du film francophone, il a adressé une mise en garde à Emmanuel Macron :

"Il ne faudrait pas demander aux Français des sacrifices qui ne sont pas utiles".

Pour l'ancien chef de l'Etat, "il ne faut pas flexibiliser le marché du travail au-delà de ce que nous avons déjà fait, au risque de créer des ruptures". Une déclaration effectuée alors même qu'à Paris, le cabinet de la ministre du Travail commençait à recevoir les partenaires sociaux pour leur exposer les premiers arbitrages sur les ordonnances relatifs à la réforme du code du travail.

Réhabiliter sa propre action

François Hollande a lancé un conseil a celui qui fut son protégé, d'abord à l'Elysée puis au ministère de l'Economie : "Ce qu'il faut, c'est conforter le mouvement qui s'est engagé, l'investissement, la consommation, le pouvoir d'achat et éviter toute décision qui viendrait contrarier ce mouvement". Une déclaration qui lui a permis, au passage, de réhabiliter son action : "Les résultats sont là, ils étaient d'ailleurs apparus dans les derniers mois du quinquennat et sont d'autant plus manifestes aujourd'hui", assure-t-il, rappelant que dès 2015 "la croissance était revenue".

Dans la foulée, le Parti socialiste a appuyé les propos de l'ancien président, en affirmant que "ce redressement est le produit des efforts des Français et des décisions prises pendant cinq ans par François Hollande et les gouvernements socialistes successifs" mais que "cette croissance ne se maintiendra que si le gouvernement actuel est capable de voir l'impasse dans laquelle ses premières décisions risquent de nous mener".