Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Réforme du Grand Paris : vers la disparition des départements de la petite couronne ?

mercredi 10 janvier 2018 à 17:50 - Mis à jour le jeudi 11 janvier 2018 à 10:15 Par Pierre Coquelin, France Bleu Paris et France Bleu

Ce jeudi, les départements d'Île-de-France tiennent une conférence de presse sur la réforme du Grand Paris. Ils s'inquiètent d'un scénario qui supprimerait les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne. Un projet qu'ils jugent "ubuesque".

Les départements de la petite couronne craignent leur disparition au profit d'une métropole "étriquée"
Les départements de la petite couronne craignent leur disparition au profit d'une métropole "étriquée" © Maxppp - Vincent Isore

Paris, France

L'union sacrée au-delà des couleurs politiques. Mardi soir, lors de la cérémonie des vœux du département du Val-de-Marne,  le président communiste Christian Favier s'est affiché en compagnie de ses homologues des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian (Les Républicains), et de Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel (Parti socialiste). Trois départements réunis pour défendre leur existence.

Une existence en sursis, si l'on en croit des révélations fin décembre dans le journal Le Monde. Un document de travail élaboré par la préfecture d'Île-de-France qui supprimerait purement et simplement les trois départements de la petite couronne, et garderait les limites actuelles de la métropole du Grand Paris. Un projet que les départements franciliens jugent "ubuesque"

Une volonté d'affaiblir encore un peu plus les solidarités et les services publics - Stéphane Troussel, président de la Seine-Saint-Denis

Des élus qui dénoncent un manque de dialogue et de concertation. "Je regrette que ni le Président de la République, ni le Premier ministre ne prennent la peine de consulter directement les présidents de départements de petite couronne, après que M. Macron a par deux fois annulé à la dernière minute les rendez-vous qui devaient pourtant se tenir", confie Stéphane Troussel dans un communiqué.  Un président qui dénonce "une volonté d'affaiblir encore un peu plus les solidarités et les services publics". 

Car c'est bien là le "cœur de métier" du département : la solidarité, l'aide sociale... C'est lui qui intervient pour la gestion des collèges, des crèches départementales. Dans le Val-de-Marne, le département a ainsi lancé un projet de 5000 places en crèches d'ici 2021. Chaque année, il délivre un ordinateur portable à chaque élève de sixième. Autant de projets et de dispositifs qui pourraient être menacés selon ces élus, avec la disparition des conseils départementaux. 

Un gouvernement appelé à clarifier sa position

Ce qu'ils demandent, c'est "une grande métropole, ambitieuse solidaire et démocratique", qui engloberait "toute l'Île-de-France, bâtie avec les départements et le bloc communal", écrivent les présidents des sept conseils départementaux de la région dans un communiqué. 

Du côté de la préfecture de région, on se montre peu disert sur la question d'une possible disparition des trois départements de la petite couronne. "C'est un sujet qui n'en est pas un. Nous attendons que le gouvernement se positionne", explique une source contactée par France Bleu Paris. Une position de l'Exécutif qui se fait attendre : elle pourrait intervenir courant février.  "On nous avait parlé d'avant noël, après ça courant janvier. Là, aux dernières nouvelles, ce serait courant février. Pendant ce temps là, on doit faire nos budgets, prévoir nos programmes d'actions... C'est difficile si on n'est pas éclairés sur notre devenir", se lamente Jean-Jacques Barbaux, le président de la Seine-et-Marne. 

Ce jeudi, les présidents des 7 départements d'Île-de-France ont donc décidé de taper du poing sur la table et de demander au gouvernement de clarifier sa position. Une conférence de presse où il souhaitent rappeler leur "place déterminante". Ils invoquent le soutien du président du sénat Gérard Larcher, et de Valérie Pécresse, présidente de la région. 

La métropole du Grand Paris regroupe Paris, les 123 communes de la petite couronne, et sept communes de la grande couronne parisienne.