Politique

Région Centre-Val de Loire : polémique autour d'un chèque de 100.000 euros pour les migrants

Par Eric Normand, France Bleu Orléans jeudi 17 septembre 2015 à 18:42

Une aide de 100 000 euros pour la croix rouge internationale
Une aide de 100 000 euros pour la croix rouge internationale © Max PPP - Sébastien Jarry

La Région Centre-Val de Loire va débloquer 100.000 euros pour aider les réfugiés. Cette aide d'urgence sera en fait versée à la Croix Rouge Internationale. La mesure va être votée ce vendredi matin en commission permanente mais visiblement, elle est loin de faire l'unanimité.

Le président de la Région Centre-Val de Loire souhaite qu'une aide d'urgence de 100.000 euros soit apportée à la Croix Rouge Internationale pour venir en aide aux migrants s'agissant de leur situation humaine et sanitaire. La Région rappelle qu'elle avait voté un fonds d'urgence pour les sinistrés du tremblement de terre en Haïti ou encore pour le peuple thaïlandais après le passage du tsunami.

Cela ne plaît pas à tout le monde ! Sans surprise, le Front National a indiqué qu'il voterait contre, car cette aide "constitue un encouragement aux candidats à l'immigration", fin de citation. Mais le groupe UPRC, Union pour la Région Centre, qui rassemble Les Républicains et l'UDI, annonce qu'il s'opposera aussi à cette subvention qui ne sert qu'à "se donner bonne conscience" selon Nicolas Perruchot, le président du groupe UPRC, et élu du Loir-et-Cher. Guillaume Peltier, le chef de file régional Les Républicains signe un communiqué dans lequel il fustige la posture de la gauche : "verser son obole, comme on verse sa larme pour se donner bonne conscience, n'est pas digne d'un responsable d'institution politique." Et de poursuivre : "François Bonneau s'acquitte d'un petit chèque et puis s'en va."

Nicolas Perruchot, le président du groupe "Union pour la Région Centre" LR/UDI

Des arguments qui agacent le président de la Région Centre-Val de Loire. François Bonneau répond sur France Bleu Orléans : "généralement quand on dit ça, c'est qu'on ne veut rien faire et je le déplore. Ne laissons pas caricaturer cette action. Notre aide peut permettre à la Croix Rouge de déployer son soutien plus efficacement. Je prends le parti de la solidarité."

François Bonneau, le président socialiste de la Région Centre-Val de Loire