Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Régionales 2015 : le portrait chinois de Bruno Retailleau

mardi 1 décembre 2015 à 18:00 - Mis à jour le mardi 1 décembre 2015 à 18:01 Par Typhaine Morin, France Bleu Loire Océan, France Bleu Maine et France Bleu Mayenne

Tête de liste de l'union de la droite et du centre, Bruno Retailleau (Les Républicains), comme six autres candidats sur les dix, s'est prêté au jeu du portrait chinois proposé par France Bleu. Une sorte de questionnaire de Proust en dix points.

Brunot Retailleau, candidat de la droite aux régionales en Pays de la Loire
Brunot Retailleau, candidat de la droite aux régionales en Pays de la Loire © Maxppp

Pays de la Loire, France

Bruno Retailleau ne s'est en fait pas complètement prêté au jeu du portrait chinois. À la question "si vous étiez un personnage de film ou de série TV ?", le candidat Les Républicains a séché. En revanche, il répondu à toutes les autres questions. On apprend donc que son mot préféré est le "courage" et qu'il déteste le mot "terreur", qui "prend aujourd'hui une dimension très concrète". 

Sa drogue, c'est sa "famille" et il aime le "silence", tandis qu'il déteste le bruit de "la rumeur, qui salit et qui blesse". Il associe la région Pays de la Loire aux "identités", avec un "s" car elle est "la seule qui s'écrit au pluriel". Le sénateur Bruno Retailleau a écrit la loi qu'il a voulu : un texte sur "le préjudice écologique" qui n'est pas encore une loi, car "bloquée par la gauche à l'Assemblée nationale depuis des années". 

Enfin, le candidat de la droite a de l'humour sur lui-même : il n'aurait pas aimé être "boxeur poids lourd car vu mon gabarit, j’aurais perdu tous mes matchs !" On apprend donc aussi qu'il n'aime pas perdre. 

Les questions posées aux candidats 

Quel est votre mot préféré ? Le mot "courage", car c’est la vertu qui détermine toutes les autres.

Le mot que vous détestez ? "Terreur" car pour le Vendéen que je suis, il évoque une période sombre de notre histoire, et pour tous les Français, il prend aujourd’hui une dimension malheureusement très concrète, celle du terrorisme islamiste.

Votre drogue favorite (au sens large !) ? Il n’y a qu’une seule chose dont je ne pourrais jamais me passer, c’est ma famille.

Le son, le bruit que vous aimez ? Le silence car comme dit le proverbe, "le silence est l’âme des choses". 

Le son, le bruit que vous détestez ? La rumeur, celle qui salit et qui blesse. Avec le mensonge qui souvent l’accompagne, c’est sans doute ce qu’il y a de pire en politique.

Votre juron, gros mot ou blasphème favori ? Le célèbre mot de Cambronne… Je suis Français jusque dans mes énervements !

Si vous étiez un personnage de film ou de série TV ? 

Le métier que vous n'auriez pas aimé faire ? Boxeur poids lourd car vu mon gabarit, j’aurais perdu tous mes matchs !

Si vous deviez définir la région Pays de la Loire en un mot ? Identités avec un "s" car notre région est la seule qui s’écrit au pluriel.

Si vous étiez l’auteur d’une loi, laquelle serait-ce ? La loi sur le préjudice écologique, que j’ai proposée au Sénat qui l’a adoptée à l’unanimité. Mais elle reste bloquée par la gauche à l’Assemblée nationale depuis des années ! 

À LIRE AUSSI ►► Les candidats aux élections régionales en Pays de la Loire