Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales 2021 en Centre-Val de Loire : l'abstention record a d'abord pénalisé le RN

Le premier tour des élections régionales a été marqué par une abstention historique : 67,3% en Centre Val-de-Loire. Mais cette fois-ci, c'est le Rassemblement national qui a le plus pâti de la démobilisation des électeurs.

Plus de 2 électeurs sur 3 ont boudé les urnes hier lors du 1er tour des élections régionales
Plus de 2 électeurs sur 3 ont boudé les urnes hier lors du 1er tour des élections régionales © Radio France - Antoine Denéchère

67,3% d'abstention au premier tour des élections régionales en Centre-Val de Loire dimanche, c'est un record historique. C'est 17 points de plus que par rapport aux Régionales de 2015, mais c'est aussi un record absolu pour un scrutin sous la Ve République - si on met de côté le referendum de septembre 2000 sur la réforme du quinquennat où l'abstention avait alors grimpé à 70%.

L'abstention, une tendance de fond...

Ce niveau d'abstention n'est en soi pas une surprise, élection après élection, la participation est en recul en France depuis au moins 25 ans. Les raisons structurelles sont bien connues : une défiance voire un rejet vis-à-vis des partis politiques et des élus, ainsi qu'un sentiment d'impuissance, 39% des Français estiment que "les élections régionales ne changeront rien à leur vie quotidienne" selon une enquête Ipsos Sopra Steria diffusée ce dimanche pour Radio France. La complexité des modes de scrutin en France n'arrange rien.

S'ajoutent à cela des causes plus conjoncturelles, avec la sortie de crise du Covid, beaucoup de gens n'avaient pas la tête aux élections régionales et ont préféré faire autre chose que d'aller voter. Beaucoup de responsables politiques, toutes tendances confondues, ont enfin insisté sur les problèmes, réels, rencontrés cette semaine dans la distribution des professions de foi des candidats.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le RN pénalisé : les exemples de Gien et de Courtenay

Mais la nouveauté, c'est que ce sont d'abord les électeurs du Rassemblement national qui cette fois-ci ont boudé les urnes. Illustration à Courtenay : c'est dans cette commune de 4.000 habitants que le RN (alors sous l'appellation FN) avait obtenu en 2015 son meilleur score dans le Loiret pour un chef-lieu de canton avec 48% des voix au 1er tour des régionales, l'abstention s'était élevée à 52% (moyenne régionale de l'époque : 30,5% des voix pour le FN, 50,5% d'abstention). Dimanche, la liste menée par Aleksandar Nikolic a recueilli à Courtenay 41% des voix, avec une abstention à 73% (moyenne régionale : 22% des voix pour le RN, 67% d'abstention).

Autre exemple : Gien. C'est là que le FN avait fait son meilleur résultat en 2015 pour une ville de + 10.000 habitants dans le Loiret, en arrivant en tête avec 36% des voix et 55% d'abstention. Hier, le RN à Gien a dû se contenter de la deuxième place, derrière le PS François Bonneau, avec 25,5% des voix et 70% d'abstention.

Au global, avec 22,2% des voix, l'extrême-droite est ainsi en chute de 8,2 points par rapport à 2015.  Alors que le RN était en tête dans cinq départements sur six il y a six ans, ce n'est le cas cette fois-ci que dans l'Eure-et-Loir, où Aleksandar Nikolic est conseiller municipal (à Saint-Rémy-sur-Avre où on a relevé 75% d'abstention !). La marche semble donc bien haute pour pouvoir espérer l'emporter dimanche prochain, à moins d'un spectaculaire rebond de participation dans l'électorat RN.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess