Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Régionales : 4000 euros pour figurer en position éligible sur la liste de Bruno Retailleau

jeudi 12 novembre 2015 à 6:00 - Mis à jour le jeudi 12 novembre 2015 à 9:09 Par France Bleu Loire Océan, France Bleu Maine et France Bleu Mayenne, France Bleu Loire Océan, France Bleu Maine et France Bleu Mayenne

C'est une information France Bleu : le chef de file de la droite et du centre Bruno Retailleau demande un chèque de 4.000 euros aux colistiers en position éligible pour les régionales en Pays de la Loire. Pour la liste PS, l'appel "à contribution militante" peut aller jusqu'à 1.500 euros.

Bruno Retailleau et Christophe Clergeau
Bruno Retailleau et Christophe Clergeau © Maxppp - MAXppp

En Pays de la Loire, tous les colistiers en position éligible de Bruno Retailleau (chef de file Les Républicains-UDI-Modem) ont reçu le même courrier, leur dressant la liste des pièces à fournir : des documents officiels, comme la copie de leur carte nationale d'identité, mais aussi un chèque de 4.000 euros, pour "participation aux frais de campagne"

"Ce n'est pas un droit d'entrée, mais une campagne électorale coûte cher" - François Pinte, directeur de campagne de Bruno Retailleau, candidat LR aux régionales en Pays de la Loire

François Pinte, le directeur de campagne, lui-même candidat, explique : "Ce n'est pas un droit d'entrée, mais une campagne électorale coûte cher et nous n'avons pas 36 façons de la financer. Ça s'est toujours fait et il n'y a rien de choquant". Certains colistiers de Bruno Retailleau ont demandé un étalement du paiement : "On le fait. D'autres empruntent cette somme à la banque, on garantit au banquier que ça lui sera remboursé".  

François Pinte poursuit : "Ce n'est pas une condition sine qua non pour être en position éligible et on ne choisit pas nos candidats en raison de leurs capacités financières. Mais  Bruno Retailleau a dû emprunter une somme importante pour financer cette campagne. Il est donc normal que des candidats qui ensuite vont percevoir une indemnité nette d'environ 1900€ par mois en tant qu'élus soient eux aussi sollicités". Une candidate éligible confirme : "Ça peut paraître injuste de payer pour être sur la liste, mais ces 4.000 euros, je les toucherai en deux mois si je suis élue".

Jusqu'à 1.500 euros pour les colistiers de Christophe Clergeau

Chez les socialistes emmenés par Christophe Clergeau, on parle d'un "appel à contribution militante" : 1.500 euros demandés aux conseillers régionaux sortants et aux deux premiers de chaque liste départementale. "Pour les autres, quelle que soit leur position sur la liste, l'idée est d'essayer de donner quelques centaines d'euros, jusqu'à 600 si possible", indique le directeur de campagne de Christophe Clergeau. "C'est naturel et bien accepté en interne. Et si quelques uns ne peuvent vraiment pas donner, on trouvera des solutions, quitte à ce qu'ils ne versent rien". De l'argent que le candidat peut très bien verser en collectant lui aussi des dons divers et variés. "Car une campagne coûte cher, plus cher que les 500.000 euros maximum remboursés par l’État". 514.141 euros précisément, soit 47,5% du plafond fixé par l’État, une somme versée uniquement aux candidats qui obtiennent au moins 5% des suffrages.

Pour l'instant, les différentes têtes de liste restent plutôt discrètes sur le budget qu'elles consacreront à leur campagne. Christophe Clergeau s'en est expliqué notamment  auprès de nos confrères de Presse-Océan : "Il y aura évidemment une transparence complète de nos comptes au soir du second tour. Mais pour l'instant, on ne dévoile pas le montant exact du budget prévisionnel. Ce serait fournir une information capitale à nos adversaires sur ce qu'on est en capacité de faire ou pas".