Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales : contre l'unité nationale, Lutte ouvrière veut faire entendre la voix des travailleurs

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire
Saint-Étienne, France

Lutte ouvrière dénonce l'unité nationale et le discours sécuritaire du gouvernement après les attentats de Paris. Sa tête de liste dans la région Auvergne-Rhône-Alpes Chantal Gomez tenait une réunion publique à Saint-Étienne ce mercredi soir.

Chantal Gomez tête de liste LO en auvergne-Rhône-Alpes
Chantal Gomez tête de liste LO en auvergne-Rhône-Alpes © Radio France - Mathilde Montagnon

C'est un point de vue qui tranche avec le discours ambiant de ces derniers jours. Lutte ouvrière en campagne pour les élections régionales refuse le mot d'ordre d'unité nationale. Sa tête de liste dans la région Auvergne-Rhône-Alpes Chantal Gomez se dit solidaire avec les victimes, dénonce les atrocités des "intégristes Daech qui soutiennent des dictatures moyenâgeuses" mais estime que la guerre n'est pas la solution :

"Ils sont quand même tous d'accord pour à nouveau jouer les va-t-en-guerre pour rebombarder encore un peu plus l'Irak, la Syrie, le Moyen-Orient. Mais ce durcissement encore des interventions ça ne pourra amener que des attentats et à nouveau alimenter tous ces groupes barbares islamistes qui recruterons un encore plus. Parce qu'ils sèment la désolation. Le chaos de ces pays a été semé par nos dirigeants politiques. La, au nom de l'unité nationale, on veut nous amener à accepter l'état d'urgence qui limite nos libertés fondamentales, ils sont prêts à s'endetter pour qu'il y ait plus de sécuritaire alors que ce n'était pas possible pour les hôpitaux, ce n'était pas possible pour les services publics... Nous on dénonce cette unité guerrière qui ne résoudra rien et qui au contraire va alimenter les groupes djihadistes".

Chantal Gomez dénonce l'unité nationale "unité guerrière" selon elle

Dans cette campagne pour les élections régionales, Lutte ouvrière insiste sur les questions économiques. Face au président socialiste sortant Jean-Jack Queyranne, LO veut faire entendre la voix des travailleurs déçus par la politique de François Hollande.

"Je crois qu'il a déçu, écœuré. Beaucoup de gens sont révoltés par la politique qui est menée. Çà va toujours dans le même sens.  Il est comme Sarkozy, il mène une politique au service des plus riches, des grands capitalistes. Et puis Queyranne il fait la même chose au niveau de la Région, il subventionne avec l'argent public depuis longtemps des grandes entreprises. Cette politique on la dénonce. Nous on veut exprimer des idées de lutte de classe.  Dire que contre le chômage, l'interdiction des licenciements. La répartition du travail entre tous. Il y en a qui sont au chômage, d'autres se tuent au boulot. Nous avons aussi dans ce programme l'augmentation des salaires et le contrôle des grandes entreprises qui font la pluie et le beau temps, qui licencient, qui mettent des villes, des régions dans la misère. Les élections ne changeront pas les choses mais on peut au moins s'exprimer si on en a ras-le-bol, on peut exprimer ses intérêts de classe".

Pour Chantal Gomez, ces élections permettent d'exprimer les intérêts de classe

Le grand meeting régional de Lutte ouvrière avec Chantal Gomez et la porte-parole nationale Nathalie Arthaud, ce sera le mardi 1er décembre à 19h au Palais de la Mutualité à Lyon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess