Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales Grand Est : pour Jean Rottner, "il faut que nous puissions prendre les décisions en proximité "

Invité en direct ce lundi 28 juin sur l'ensemble des antennes de France bleu du Grand Est, au lendemain du second tour des élections régionales, le président sortant Jean Rottner se dit "pressé de mettre les mains dans le cambouis".

Jean Rottner, le président sortant de la Région élu ce dimanche 27 juin après le second tour de scrutin
Jean Rottner, le président sortant de la Région élu ce dimanche 27 juin après le second tour de scrutin © Radio France - Patrick Genthon

Le président sortant Jean Rottner (LR) est arrivé en tête ce dimanche 27 juin de l'élection régionale dans le Grand Est à l'issue d'une quadrangulaire marquée une fois encore par une très forte abstention (69,76%). La droite s'impose largement, alors que le Rassemblement National est en recul. Les écologistes retrouvent l'hémicycle régional dont ils étaient absents depuis 2015.

La liste de Jean Rottner (LR) l'emporte avec 40,3 % des voix devant Laurent Jacobelli (RN) 26,30%, Eliane Romani (EELV/PC/PC) 21,20% et Brigitte Klinkert (LREM/Modem) 12,17 %.

C'est la première fois que Jean Rottner l'emporte comme tête de liste dans le Grand Est puisqu'en 2017, il avait pris la suite d'un Philippe Richert démissionnaire.  

Invité à réagir en direct ce lundi 28 juin sur les quatre radios de France bleu dans le Grand Est, interrogé par Aude Raso, Jean Rottner a d'abord rendu " hommage à Philippe Richert et au travail qu'il a fait et qui nous a permis de gagner également hier soir. Mon sentiment ce matin est un sentiment naturellement de plaisir, de joie, pour une équipe qui fait son travail sur le terrain, pendant cinq ans et demi, qu'il l'a fait pendant une campagne express de manière très efficace et qui là est pressée de mettre les mains dans le cambouis, comme on dit. 

Moi je serai dans mon bureau dès ce matin pour engager les choses, pour que notre région puisse revenir à la vie normale le plus rapidement possible et surtout rebondir et garder cette ambition qui est la nôtre. "

Une abstention dans le Grand Est de 69,78 %

Sur la forte abstention dans la Région, le président sortant confie : " Bien-sûr, ça m'interpelle mais ça doit interpeller le président du conseil régional, que je suis, le président des conseils départementaux, tous des élus que nous sommes, mais également au plus haut sommet de l'Etat. Je crois que c'est une crise démocratique que nous sommes en train de vivre. Moi, j'ai déjà une solution toute simple : que nous arrivions enfin à décentraliser dans ce pays, que l'Etat nous fasse confiance, que nous puissions prendre les décisions en proximité et en phase avec nos concitoyens. Je crois que la France doit se transformer. Effectivement, la décentralisation fait partie de cette transformation nécessaire. "

Une consultation sur une éventuelle sortie des Alsaciens du Grand Est ? 

La campagne a beaucoup tourné autour du Grand Est en lui même, en tant qu'institution. Et de toute évidence, ce n'est pas fini puisque Frédéric Bierry le président de la collectivité alsacienne, annonce une consultation sur une éventuelle sortie des Alsaciens du Grand Est. 

"Moi, je regrette que la campagne ait trop tourné autour de ces questions institutionnelles", répond Jean Rottner, "D'ailleurs, les habitants du Grand Est ne s'y sont pas trompés, puisque les deux défenseurs de ce sujet, à savoir Brigitte Klinkert et Laurent Jacobelli ne sont pas arrivés en tête."

"Sur la proposition de M. Bierry, moi, je dirais simplement que je suis très impatient de voir la collectivité européenne d'Alsace progresser, qu'enfin, il y ait un projet dans lequel ces nouvelles responsabilités en terme de bilinguisme, en termes de transfrontaliers puissent voir le jour. Aujourd'hui, les Alsaciens attendent encore des résultats, attendent encore la réalité de cette CEA. Et je crois qu'il a du travail devant lui et avant de se prononcer pour une consultation publique qui coûterait à la fois du temps et de l'argent. "

Urgent de se mettre au travail et de sortir de cette crise 

Jean Rottner poursuit : "Je crois qu'aujourd'hui, il est surtout urgent de se mettre au travail et de sortir de la crise plutôt que de se battre sur une énième réforme institutionnelle. Soyons opérationnels, soyons réalistes aujourd'hui, les gens ont besoin de travail, ont besoin d'espoir et ont besoin d'une économie qui sache réagir à leurs besoins, ont besoin là aussi de politiques en faveur de la préservation de la planète. Et pas d'une énième réforme institutionnelle voulue par quelques hommes ou femmes politiques.

Les sortants n'ont pas mal travaillé, déclare Jean Rottner 

"Il faut déjà compter avec la droite et le centre que je représentais (...) Les régionales ont apporté la preuve que les sortants n'avaient pas mal travaillé puisque en France métropolitaine, nous avons tous été réélus. C'est la preuve que cette région, et ces régions qu'on disait aussi éloignées que cela et malgré un taux de participation faible qui touche toutes les collectivités, et bien les présidents et les exécutifs ont bien fait le job et que les Français qui sont allés voter et que je remercie, l'ont bien compris."

Les élections avec France Bleu

Choix de la station

À venir dansDanssecondess