Politique

Régionales : Dominique Reynié, ce candidat atypique qui embarrasse son camp de Toulouse à Montpellier

Par Stéphanie Mora et Jean-Marc Perez, France Bleu Toulouse dimanche 25 octobre 2015 à 18:00

Dominique Reynié, le politologue devenu candidat
Dominique Reynié, le politologue devenu candidat © Radio France - Stéphanie Mora

Plongé dans une nouvelle polémique sur la validité de sa candidature personnelle aux élections régionales, la tête de liste LR-UDI en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon bataille plus contre son propre camp que contre ses adversaires pour l’instant. Victime ou responsable ?

Après les révélations de nos confrères de France 3 Midi Pyrénées jeudi, le doute plane sur la possibilité pour la tête de liste Les Républicains-UDI de maintenir sa candidature aux élections régionales de décembre prochain. Un des documents qu'il doit fournir à la préfecture pour qu'elle valide sa participation ne serait pas conforme au code électoral : le bail de la chambre qu'il loue chez sa mère pour justifier de son domicile en Aveyron, n'est pas daté au 1er janvier 2015 au plus tard comme l'exige le code électoral (article L339) mais au 1er mars. le doute est aussi jeté sur son inscription sur les listes électorales d'Onet le Château. Dominique Reynié crie à la campagne de déstabilisation.

"On préfère tenter de m’éliminer". "A lui de s'expliquer et d'apporter les éléments"

_"A lui de s'expliquer et d'apporter les éléments. Nous n'avons aucune raison de douter de sa bonne foi". Et s'il est invalidé? "Alors on verra". Voilà la position officielle du siège du parti Les Républicains vendredi. Pourtant ce nouvel épisode autour de la campagne de Dominique Reynié agace à tous les étages. Lui parle d'une tentative d'élimination dans un communiqué paru le 22 octobre : "on préfère tenter de m'éliminer (...) ces pratiques infâmes de basse politique (...) je mets _au défi ceux qui contestent mon éligibilité de saisir immédiatement les tribunaux". Mais en voulant se justifier Dominique Reynié a apporté une preuve du problème : la date du bail de sa location. Bien sûr il n'est pas le premier candidat "parachuté" sur un scrutin dont la domiciliation peut paraître étrange dans la forme mais la préfecture de région considérera-t-elle cela comme un détail maintenant qu'il est public ?

Dominique Reynié peut-il produire d'autres justificatifs comme des feuilles d'impôts? C'est toute la question et en attendant ce candidat iconoclaste qui multiplie les déclarations parfois opposées aux positions de son parti peut-il se maintenir ? 

Chez Les Républicains comme chez les centristes de Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, il y a ceux pour qui le risque d'une invalidation est trop grand et qui prônent un changement de tête de liste; et ceux qui pensent que c'est trop tard. Un membre de la campagne confie: "on écope, on met des rustines, on essaiera de limiter la casse au niveau du score".

L’électron libre

Dominique Reynié est politologue, il vient de la société civile et martèle vouloir faire de la politique autrement. Il veut s'affranchir des partis mais a pris sa carte chez Les Républicains. Depuis le début, son image de "parachuté parisien" énerve surtout en Languedoc-Roussillon où on le trouve trop "centriste", trop "intellectuel" sur une terre radicalisée avec la montée du FN. En Midi-Pyrénées on dénonce une "inexpérience de la politique" une "incapacité à écouter", à se "préoccuper du terrain". 

Il faut dire que Dominique Reynié n'a que faire des conventions d'une campagne électorale. Il boucle ses listes sans tenir compte des accords de partis, se retrouve à devoir faire machine arrière et donc beaucoup de déçus. Lors de sa présentation de programme à Toulouse le 21 octobre, il déclare qu'il n'y a pas d'argent pour la ligne à grande vitesse Bordeaux Toulouse, et qu'elle ne se fera peut-être pas alors que les maires des deux villes en font une priorité... 

Cette histoire de validité de candidature pourrait être l'occasion pour ses "ennemis", ou ceux qui pensent qu’il n’est "pas de taille", d'obtenir sa tête. Seulement voilà, _*beaucoup d'argent a déjà été engagé dans cette campagne et changer de tête de liste serait compliqué et coûteux pour un parti qui n'est pas en grande forme financière. _A moins que le coût politique soit plus fort.

Dans le dernier sondage BVA publié vendredi, la liste de Dominique Reynié se tasse légèrement tandis que celle de Louis Aliot pour le FN progresse. Et pour la première fois, la liste LR-UDI est donnée en troisième position dans une triangulaire au second tour.

 "Ma candidature est parfaitement conforme" Dominique Réynié

Invité de France Bleu Toulouse matin ce lundi Dominique Reynié se dit parfait serein et ne pas craindre une quelconque inéligibilité. Selon lui la polémique est née d'une mauvaise interprétation du fameux article L339 du code électoral. "**je suis bien domicilié à Onet Le Château au moment ou je vais déposé ma candidature , il n' y aucun doute possible à ce sujet. Je fais l'objet d'un traitement assez pénible.Il y a des personnes dans mon camp qui n'ont pas apprécié que quelqu'un issu de la société civile déboule dans la campagne

**Ecoutez l'interview de Dominique Reynié

Dominique Reynié "ma candidature est parfaitement conforme"

Dominique Reynie invité de France Bleu Toulouse matin - Radio France
Dominique Reynie invité de France Bleu Toulouse matin © Radio France - Bénedicte Dupont