Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales en Auvergne-Rhône-Alpes : Laurent Wauquiez, priorité à la sécurité

À quatre semaines du premier tour des élections régionales, le président sortant présentait ce mardi à Rillieux-la-Pape (Rhône) son programme en matière de sécurité. Laurent Wauquiez annonce un doublement du budget alloué aux initiatives en faveur de la sécurité pour atteindre 300 millions d'euros.

Laurent Wauquiez en visite au commissariat de Rillieux-la-Pape (Rhône) le 25 mai 2021.
Laurent Wauquiez en visite au commissariat de Rillieux-la-Pape (Rhône) le 25 mai 2021. © Radio France - David Valverde

On peut y voir un symbole : Laurent Wauquiez présentait ce mardi en priorité ses orientations en matière de sécurité, qui n’est pas une compétence affichée de la région, alors que le reste de son programme ne sera dévoilé que la semaine prochaine. Une position assumée pleinement par l'ancien maire du Puy-en-Velay : "Je vois trop à quel point c'est un sujet au quotidien pour les habitants de notre région. Certains disent que ce n'est pas une compétence de régionale mais ils se cherchent des excuses pour ne rien faire". 

Un programme en dix points

Laurent Wauquiez annonce un doublement du budget alloué aux initiatives en faveur de la sécurité pour atteindre 300 millions d’euros (contre 160 millions selon lui sur les cinq dernières années), répartis en 10 points parmi lesquels une augmentation de 50% de la police ferroviaire, des caméras dans tous les cars scolaires, une brigade de sécurité autour des lycées, l’accompagnement des municipalités pour 10 000 nouvelles caméras de vidéo protection avec la volonté de développer la reconnaissance faciale d’ici 2023, des aides pour les commerçants et les femmes victimes de violences et la suppression des aides de la région pour les délinquants et familles de délinquants. 

Laurent Wauquiez entouré des maires Rillieux (à sa gauche) et de Valence (à sa droite) qui ont supprimé les aides locales aux familles de délinquants.
Laurent Wauquiez entouré des maires Rillieux (à sa gauche) et de Valence (à sa droite) qui ont supprimé les aides locales aux familles de délinquants. © Radio France - DV

"Il y a un moment où la collectivité arrête de donner de l'argent aux gens qui détruisent le quotidien de nos concitoyens"

La suppression des subventions régionales aux délinquants et familles de délinquants, c’est l’une des pierres angulaires du programme de Laurent Wauquiez et qui ne manquera d’animer le débat dans cette campagne régionale. Avec cette proposition, le candidat Les Républicains essaie de s’immiscer sur un terrain où la région n’a pourtant  aucune compétence, à savoir la sanction pour les délinquants. 

"Je pense qu'on ne peut pas continuer avec un système dans notre pays où il y a de plus en plus de violence et où ne met pas les réponses en face" affirme-t-il. "A nous de réagir et j'ose espérer que dans notre pays la région a encore le choix de dire qu'on ne va pas donner des aides à des gamins qui s'attaquent à des policiers ou qui jettent des pavés"

La Région se place aujourd’hui dans le sillage de communes de droite qui ont déjà acté la fin des aides locales pour les familles de délinquants. C’est le cas, par exemple, dans la Drome à Valence, avec le maire Nicolas Daragon : "Il y a un moment où la collectivité arrête de donner de l'argent aux gens qui détruisent le quotidien de nos concitoyens. Evidemment que l'on va continuer dans cette orientation là car notre objectif c'est que les parents prennent leur responsabilité". Des parents qui, si ils souhaitent conserver leurs aides pourront toujours signer un contrat avec la région et s’engager à tenter de le remettre un délinquant sur le droit chemin. 

Des propositions et des incertitudes

Même si une poignée de maires ont déjà adopté cette règle, son application au niveau régional reste encore floue légalement. Laurent Wauquiez sera attaqué sur le terrain de la discrimination notamment par la gauche.

Autre domaine où il avancera sur des œufs : la reconnaissance faciale. Il n’a pas le pouvoir de l’imposer à l’échelle régionale mais il veut accompagner, par des subventions, les centres de surveillance qui souhaiteront s’y aventurer d’ici 2023. Problème : aujourd’hui, la reconnaissance faciale est interdite et ce genre de proposition est dans le viseur de la CNIL, la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess