Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales en Bretagne : fusion des listes de Loïg Chesnais-Girard et de Daniel Cueff pour le second tour

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

En vue du second tour des élections régionales en Bretagne, le président socialiste sortant Loïg Chesnais-Girard et l'écologiste Daniel Cueff ont trouvé un accord pour fusionner leurs listes. Daniel Cueff dispose de "six à huit places en position éligible sur la liste fusionnée".

Les listes de Daniel Cueff et de Loïg Chesnais-Girard fusionnent en vue du second tour des Régionales en Bretagne.
Les listes de Daniel Cueff et de Loïg Chesnais-Girard fusionnent en vue du second tour des Régionales en Bretagne. © Radio France - François Rauzy

"Nous avons travaillé toute la nuit sur cet accord", indique ce lundi 21 juin l'écologiste Daniel Cueff. Avec ses 6,52% au premier tour dimanche aux élections régionales en Bretagne, la liste de Daniel Cueff était en position de pouvoir fusionner sa liste. Un accord a été trouvé avec celle du président socialiste sortant Loïg Chesnais-Girard. "Nous n'avions pas envisagé d'accord après ce premier tour, mais à notre grande surprise, nous avons été contacté par plusieurs listes. Par Thierry Burlot, (liste soutenue par LREM), mais nous avons estimé qu'il était trop prisonnier de l'ancien modèle". 

Quant à la main tendue par les Insoumis et EELV, "nous n'y avons pas trouvé la lueur de fraternité qui permettait de faire avancer avec eux l'écologie en Bretagne"

Pas d'accord pour Chesnais-Girard avec EELV et Thierry Burlot

Loïg Chesnais-Girard a lui reçu des propositions de la liste EELV/UDB conduite par Claire Desmares-Poirrier et de Thierry Burlot (LREM). Concernant les premiers, "quand les exigences se transforment en intransigeance, il y a une incapacité à trouver un accord" estime le président sortant de la région, pour qui les délais en vue d'une entente étaient trop courts pour s'organiser. "Mais peut-être qu'avec trois jours, cinq jours, dix jours, nous aurions réussi" ajoute-t-il. 

Et qu'en a-t-il été des négociations avec la liste conduite par Thierry Burlot ? "La question posée initialement de pourquoi nous nous étions séparés, puis pourquoi on se retrouve et comment on explique ça aux concitoyens n'était pas réglée" répond Loïg Chesnais-Girard, qui estime également que les déclarations faites dimanche soir par son ancien vice-président à la région "ne donnaient pas une furieuse envie de travailler ensemble".

Six à huit places sur la liste fusionnée pour les colistiers de Daniel Cueff

Daniel Cueff explique que les discussions ont pu aboutir avec Loïg Chesnais-Girard sur des éléments de programme : "Nous avons évoqué ensemble notre plan de refus de la misère, une politique maritime amplifiée, et un plan Marshall des langues". Sur l'utilisation des pesticides, dont l'ancien maire de Langouët a fait un combat, les deux têtes de liste sont aussi tombées d'accord sur le fait "que le retrait des pesticides soit réalisé le plus vite possible". Concernant le nombre de places sur la liste fusionnée, "nous avons six à huit places de conseillers possibles"

"On sait que Loïg Chesnais-Girard n'est pas si écolo que ça, et il va falloir que nous agissions ensemble dans la même majorité pour avancer sur ces questions". Daniel Cueff estime qu'aujourd'hui "La Bretagne souffre de conflits considérables autour des questions d'écologie, il faut qu'on trouve des solutions plus fraternelles"

Lors de la campagne du premier tour, Daniel Cueff avait martelé à plusieurs reprises qu'il ne s'allierait pas au second tour. Il explique son revirement : "C'était une grande surprise que l'on puisse venir nous chercher sur nos idées. Je ne m'y attendais pas, dimanche soir on était prêt à faire la fête, à terminer les comptes de campagne... Et puis il y a Loïg Chesnais-Girard qui appelle". Il poursuit : "C'est une alliance, donc forcément il va y avoir des éléments d'incompréhension. Nous avons commencé à expliquer, et on a beaucoup de sympathisants qui nous disent que c'aurait été une occasion ratée, à partir du moment où on nous propose d'intégrer nos projets, qu'on ne le fasse pas."

Reste maintenant à convaincre les électeurs bretons, qui se sont massivement abstenus de voter dimanche, que cette fusion se fonde bien sur un projet et non pas sur un simple calcul électoraliste en vue du second tour.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess