Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales en Normandie : "la gauche s'est tirée une balle dans le pied"

-
Par , France Bleu Cotentin

Il n'y aura pas de liste d'union de la gauche aux prochaines élections Régionales en Normandie. La réunion de la dernière chance jeudi soir a débouché sur un constat d'échec : échec à s'entendre sur le nom de la tête de liste. Le Parti communiste partira donc de son côté.

Il y a quelques semaines, Ralph Lejamtel et Sébastien Jumel croyaient aux chances d'une liste d'union de la gauche. Espoirs déçus aujourd'hui.
Il y a quelques semaines, Ralph Lejamtel et Sébastien Jumel croyaient aux chances d'une liste d'union de la gauche. Espoirs déçus aujourd'hui. © Radio France - Benoît Martin

Voilà plusieurs semaines que les différentes composantes de la gauche discutent en Normandie en vue de la constitution d'une liste unique afin d'avoir une chance de compter lors du scrutin des élections Régionales de juin prochain. Mais jeudi 15 avril, l'échec lors d'une dernière tentative d'accord, a entériné la fin des discussions, et le fait que deux listes représenteront les forces de gauche. Pour Ralph Lejamtel, responsable des Communistes dans la Manche, "c'est une sorte de suicide politique". Entretien.

Qu'est ce qui fait que les négociations menées depuis plusieurs semaines ont échoué?

Ralph Lejamtel : Je pense que la réunion jeudi qui était celle de la dernière chance acte la division pour les régionales et je regrette cette incapacité à trouver les conditions d'une liste unique. Je ne pense pas que c'est l'architecture politique que nous proposions qui a posé problème, avec deux têtes de listes départementales pour les socialistes et la même offre pour les écologistes. C'est la figure de Sébastien Jumel pour conduire la liste régionale qui a été rejetée par une partie des socialistes et des écologistes. Il n'y a pas une région en France où un communiste va conduire une liste d'union à gauche. Nous pensions que ce pouvait être le cas en Normandie car Sébastien est une figure politique qui a fait la preuve dans sa vie politique qu'il était capable de rassembler bien au delà de sa famille politique. Mais je constate qu'en Normandie non plus, la gauche n'est pas prête à accepter la candidature d'un communiste pour mener une liste commune. C'est un grand regret.

C'est à une forme de suicide politique que nous assistons car il n'y a plus aucune chance de victoire pour la gauche

Vous partirez donc de votre côté, avec la France insoumise, mais deux listes de gauche. Cela réduit considérablement les chances de victoire?

RL : Tout à fait, la gauche a fait le choix de se tirer une balle dans le pied par rapport à ce scrutin. C'est une forme de suicide politique auquel nous assistons car il n'y a plus aucune chance de victoire et la gauche va laisser la place à Hervé Morin et Nicolas Bay dans un duel entre la droite et l'extrême-droite.

Pourquoi dès lors ne pas renoncer à présenter votre liste?

RL : On pourrait succomber à l'écoeurement politique. Nous sommes nombreux à avoir ce sentiment mais nous sommes des responsables politiques et nous avons des propositions à faire. Nous mettons en place dans un certain nombre de villes normandes des projets autour de la santé, en terme de transition écologique, de conservation des services publics également. Ces solutions qui sont les nôtres méritent d'être portées et proposées aux électeurs. Malheureusement, en partant à deux listes, elles seront moins entendues!

A défaut d'un accord au niveau des Régionales, peut-il y avoir un accord dans la Manche, en vue des élections départementales?

RL : Les électeurs auront deux bulletins, pour la Région et pour le Département. Si on leur propose des alliances à géométrie variable entre la Région et le Département, c'est se moquer du monde. Il doit y avoir une cohérence entre un projet politique régional et départemental. En clair, nous ne chercherons pas à être présents partout mais dans les cantons où nous avons une assise, des personnalités engagées, alors nous avons vocation à présenter des candidatures, quand bien même il y aura en face des candidats socialistes sortants. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess